Un peintre SEPien québecois.

Publié le par Handi@dy

"

 

Michel Boisvert le Québecois aime peindre le Pic Saint-Loup




picsaintloup.jpgLa France était son rêve d'enfant. Il deviendra réalité, accompagné du sentiment, dès qu'il foule le sol français, d'être chez lui. Et il l'est vraiment : un ancrage qui remonte à de pétillants descendants champenois pure souche. Ce qui explique que Michel Boisvert a la tête à Québec et le coeur bien plus au sud de la France, qu'il a appris à connaître au fil du temps.
Un parcours hors du commun l'a amené sur la voie des couleurs et de la passion pour la peinture. Au point de décider, après avoir travaillé dans une fabrique de papier et repris ses études (maîtrise et doctorat en géographie historique pour obtenir un poste de géographe), de tout lâcher pour se consacrer à son art.
Autodidacte, il a participé à de nombreuses expositions et symposiums qui lui ont permis d'être connu
dans le milieu artistique. Il installe alors son atelier et son propre espace d'exposition, que tiendra son épouse, Mireille, à Charlevoix, un village de 7 000 habitants qui compte pas moins de treize galeries d'art.
L'aube du troisième millénaire sera, pour lui, l'occasion de relever un véritable défi. Souffrant de sclérose en plaques, se déplaçant avec difficultés, il décide de s'entraîner pour pouvoir se lancer sur les chemins de Saint-Jacques-de-Compostelle en peignant ! « J'ai alors pris mon destin en main et quelques années plus tard, avec un sac à dos contenant mes toiles, je suis parti du Puy-en-Velay pour rallier Saint-Jean-Pied-de-Port. Au total, en 42 jours, j'ai parcouru 800 km et surtout peint quarante tableaux », précise Michel, de son nom d'artiste. Au retour il passera des examens médicaux qui mettront en évidence une régression de la maladie.
En octobre et novembre 2007, il repartira avec sa femme pour rejoindre Santiago. En décembre, le couple fera un détour par la maison d'Emma, une résidence d'artistes à Saint-Mathieu-de-Tréviers, où tous deux sont accueillis par l'association des Vendémiaires. Au pied du Pic Saint-Loup, de solides liens se nouent, au point que depuis deux ans, les Boisvert passent leur hiver au Campotel de la Fontaine Romaine. De là, Michel fait le tour des communes qu'il croque dans un style figuratif avec une touche d'impressionnisme faisant ressortir son émotion et son admiration pour la beauté des paysages.
Une trajectoire qu'il a souhaité partager en exposant ses oeuvres, sous l'égide des Vendémiaires, salle Jan-Bonal, les 20 et 21 février prochains (ouvert de 14 h à 19 h). Un détour s'impose.
"

Commenter cet article