Il avait la SEP: HEINRICH HEINE!

Publié le par Handi@dy

(1797 - 1856)

Le célèbre poète allemand Heinrich Heine (1797-1856) aurait vraisemblablement également souffert de SEP. A l'âge de 35 ans, il a développé une paralysie de la main gauche et 2 ans plus tard, a présenté des troubles de la vue. 9 ans après le début de sa maladie sont apparus des troubles de la parole et de la déglutition et finalement, ses deux jambes furent complètement paralysées.
Matratzengruft Louvre Vénus de Milo
Die Krankheit, die Heinrich Heine seit der späten Jugendzeit plagte und ihn im Alter von 59 Jahren dann auch sein Leben kostete, ist in der sekundären Literatur nicht mit letzter Sicherheit bestimmt worden.
Die Biographin Edda Ziegler nennt die sog "Amyotrophische Lateralsklerose" (eine seltenere, degenerative Krankheit der motorischen Nervenfasern des Zentralnerbensystems) als den Grund seines Leidens und Todes.
Dem widersprechen allerdings Heines schlimmes Augenleiden (wohl Optikusneuritis) , sein beschädigtes Gehör und sein spä:ter komplett verloren gegangener Tastsinn an den Extremitäten; Krankheitszeichen, die bei einer ALS nicht vorkommen.

Berühmtheiten mit MS:

Carl Janssen: Heine jung
Heinrich (eigentlich Harry)
Heine,
geboren 1797 zu Düsseldorf,
aufgewachsen in Hamburg,
begünstigt vom lieben Onkel Salomon.
Bedeutendster Lyriker aus der Zeit des jungen Deutschlands.
Gestorben wohl an den Folgen einer
Multiplen Sklerose in Paris,
Februar 1856. Bekannteste Werke:

 

Reisebilder,
Das Buch der Lieder,
Deutschland - ein Wintermärchen,
>> Lutz Görner liest aus den Wintermärchen,
Capites I, II und III >>
Atta Troll - Ein Sommernachtstraum
Romanzero



Malgré tout, une grande œuvre.
Heinrich Heine (1797-1856), le célèbre poète et écrivain allemand, mort à Paris en 1856 de complications respiratoires, est sans doute, lui aussi, une victime de la SEP. Ses troubles commencent en 1832 à l'âge de 35 ans par une paralysie transitoire de deux doigts de la main gauche. Deux ans plus tard, il se plaint de troubles visuels et souffre d'une dépression. En 1837 apparaissent des troubles moteurs du bras gauche, avec, de nouveau, des troubles oculaires (cécité brutale de l'œil droit, puis du gauche). En 1848, il écrit dans une de ses lettres : « Ma maladie s'est terriblement aggravée. J'étais complètement paralysé pendant ces huit derniers jours, au point de devoir rester seulement couché sur le sofa ou dans mon lit. Mes jambes sont du coton et je me déplace comme un enfant. J'ai de terribles crampes. Ma main droite commence à s'engourdir et dieu seul sait si je serais capable de t'écrire encore. » Il le sera et continuera en dépit de ses troubles à construire une œuvre qui a inspiré bon nombre de musiciens, Schubert, Schumann, Liszt ou Berlioz. Pourtant, il souffrira pendant vingt-quatre ans de divers troubles sensitifs et moteurs, de névralgies, de dysarthrie, de paresthésies faciales, d'impuissance et d'incontinence. De nombreux diagnostics rétrospectifs ont été portés, sans que l'on puisse réellement trancher. T. Jock Murray conclut à une « SEP probable ».
Les progrès du diagnostic ont permis de mieux identifier les cas de SEP, mais il est étonnant de constater que peu de progrès thérapeutiques ont été effectués pendant plus d'un siècle « après que la maladie a été reconnue et nommée », souligne T.J. Murray. Il faudra attendre pour cela la fin du XXe siècle.
sa maison:
http://laurencejth.over-blog.net/photo-339947-28-bureau-heinrich-heine-haus_jpg.html

Commenter cet article