Zoom rétro: 4 décembre, témoignage APF à Solignac. (CES)

Publié le par Handi@dy

Je n'ai pas oublié, juste mis en brouillon et en attente! Voilà
mon témoignage APF handicap/SEP au CES Solignac réputé difficile ( ZEP, je crois). J'ai souvent enseigné avec bonheur en ZEP, et comme les autres handis ne sont pas farouches non plus, nous sommes allés sans a priori! Pas de photos persos, on est entrés par derrière, le collège était en restructuration et on nous a fait entrer au niveau d'un préfabriqué! Les images proviennent du net. Le CES n'a pas encore de site, donc pas de photo!

On était 4:

Manue, Maurice, A. (petite bonne femme IMC de 70 ans) et moi! Manue y est allée en tram, nous autres avec le master de l'APF. Un peu paumés en cherchant le bahut, le GPS est inutilisable par moments. En prenant la carte pour guider le chauffeur, je me suis aperçue que ma vision de près avait beaucoup baissé: presbytie! J'ai eu du mal à trouver, mais on a fini par arriver!

Accueillis par la directrice des SEGPA. (lire ici:

Section d'enseignement général et professionnel adapté - Wikipédia

Entrée difficile dans le préfabriqué: la pente, danger de tomber à gauche, et à droite, un rebord empêchait les fauteuils électriques de passer. Moi, j'ai appuyé sur me pieds et franchi, mais on a signalé l'inaccessibilité à la dirlo qui était désolée! Accueil très cordial. A l'intérieur, pour rejoindre la salle de réunion, il a fallu pousser tables et chaises, poubelle!

On a été informés des classes que nous rencontrerions: D'abord un groupe de 4ème SEGPA (censé avoir un niveau CM1!!! Sous -estimé!), puis un groupe mélangé de la 6ème à la 3ème, tous niveaux (collège classique et SEGPA), enfin un groupe de 6ème à option théâtre, les 6ème tulipe, collège classique et bon niveau.

3 heures de témoignage!!! On a fini nases et assoiffés!


Dans le premier groupe, en cours de tour de table (une idée de la dirlo qui n'a pas enchanté les élèves qui devaient prendre la parole et se présenter brièvement), un garçon refuse, puis demande l'autorisation de sortir. Je l'aurais bien rattrapé, mais impossible en fauteuil, la sortie étant aussi compliquée que l'entrée. Son prof de maths l'a suivi, mais pas ramené! On n'a jamais su pourquoi, à mon grand regret! (excès de timidité, gêne, parents ou autres proches handicapés qui n'assument pas?)

Intéressés, ayant vaincu leur timidité, les jeunes ont posé des questions sur notre quotidien, travail etc... Ils ont parlé d'un ami handi en fauteuil électrique, qui vit dans leur quartier. On a sondé pour mieux cerner leurs relations. Visiblement le gars les a mis dans sa poche, super! Ils le respectent!
J'ai fait comme lors de mon premier témoignage, en mieux et plus précis! Lire ici:

Jeudi 13, 10 ans de SEP et 1er témoignage APF en collège à Hoerdt!

Bonne ambiance! A., la mamie IMC, était parfois à côté de ses pompes et parlait de choses inintéressantes et hors sujet, ce qui faisait ricaner certains gamins, mais bon!
Le second groupe, moins homogène mais actif aussi, a posé des questions plus précises sur le matériel, le fauteuil, l'équipement de nos apparts etc... Manue et Maurice ont reparlé du sport qu'ils avaient pratiqué, ski et escalade en fauteuil! Là, on a eu une flopée de doigts pour citer les sports handis, c'était chouette! On a expliqué comment les moniteurs harnachaient les handicapés, leur permettant d'accéder à presque tous les sports. Manue et moi avons parlé de notre vie amoureuse avec précaution. J'ai parlé de F. mon ex handicapé et basketteur handisport!

Pause de la récré: on a cassé la graine, j'avais des sandwiches que j'ai partagés avec MANUE les autres n'ayant "pas faim" (toujours ce souci de l'incontinence!). La dirlo a fait apporter du café, ce qui nous a bien réchauffées, MANUE et moi. C'est un futur chef d'établissement spécialisé (SEGPA...) qui nous a servies! En discutant, j'apprends qu'il habite à Erstein et ô bien sûr, qu'il connaît MO... et la SEP! On a papoté! Il y avait aussi une aide éducatrice et deux psychologues qui ont assisté à notre intervention.

Le dernier groupe était le meilleur: les doigts ont fusé après notre présentation, des tonnes de questions de tout genre! Un régal! Ils avaient retenu nos noms, le mien surtout, et nous interrogeaient directement. C'est sans doute là que j'ai fait une info SEP presque complète, car un des élèves avait un ami ado SEPien et posait des questions ciblées! Entre les formes de la maladie, le tysabri, l'anti-leucémique, la kiné, la dépendance, l'aux de vie et le fauteuil, tout y est passé pour le rassurer!
A. (70ans) a parlé des ateliers protégés, son seul emploi dans les années 60-70, ce qui a saoûlé les mômes à vrai dire, car depuis tout a changé! et puis elle se disait autonome chez elle, ce que personne n'a cru! Elle ne tenait même pas droite en fauteuil, les pingouins n'étaient pas dupes! Elle ne pouvait pas boire seule dans une tasse non plus. Manue s'est pris la tête avec elle, courtoisement, pour lui dire que les élèves ne devaient pas s'intéresser au travail des handis dans les années 60! Elle n'a pas apprécié, mais tant pis! Maurice et moi ne sommes pas intervenus dans leur différend.
  Après avoir pris congé en remerciant chaleureusement les élèves et les adultes présents, on est rentrés.
Dans le master, A. nous a un peu énervés, Maurice, A. et moi. J'ai expliqué qu'on était là pour témoigner de notre vérité, sans gêne ni honte, pour que les élèves aient une juste vision des choses et comprennent nos justes revendications (j'avais reparlé de la manif NIPAUVRENISOUMIS)!!! 
Elle nous explique qu'elle ne sait pas où passer Noël/ Nouvel An!!! J'esquive, pas question de la recevoir mes soirées de tranquillité! Elle ne peut RIEN faire seule, il faudrait la nourrir, et j'ai déjà du travail avec mon propre handicap! Elle a été désagréable ensuite, j'ai demandé à Maurice si son centre d'hébergement fêtait (oui) et la mamie s'est rabattue là-dessus, elle est une ex du centre! OUFFF!!!
Avant de nous quitter, elle précise qu'elle pense être candidate pour les élections de l'APF (elle ne peut pas écrire, ni se servir d'un ordi, elle habite un quartier que les chauffeurs APF ont du mal à trouver!), en fait pour faire avancer SON dossier à la MDPH, car elle veut déménager et pouvoir sortir seule de son appart!
J'ai été sacrément soulagée en découvrant qu'elle n'était pas parmi les candidats! Elle m'avaitdemandé si MOI, je serais candidate, j'ai répondu que je n'en savais encore rien, que je me déciderais au dernier moment... ce que j'ai fait, comme vous le savez!
Ce n'est pas tout d'être handicapé et/ou SEPien, on est potentiellement aussi désagréable que les autres! Pfff!

***Globalement, j'ai beaucoup apprécié notre intervention: les pingouins étaient géniaux, surtout les derniers! J'espère que nos récits leur donneront envie de monter des sketches sur le handicap! (j'avais cité l'exemple de LAURENT VIOLET qui a créé un excellent sketch acerbe sur un handicapé moteur, aveugle et ... cocu!) Notre prochaine mission école sera le vendredi 20 février en école privée! Je me réjouis!

Commenter cet article

Catgirl 26/01/2009 07:45

tu imagines, si cette femme ment sur son propre handicap, parce qu'elle ne l'assume pas (ce que je peux comprendre, il y a des gens qui ne savent pas accepter puis ensuite repartir sur un autre vécu, et qui préfère vivre en voulant que les choses soient comme avant alors que c'est impossible), comment veux tu que la réalité de votre quotidien soit aux yeux du public ???tu as eu raison de la remettre à sa place, car les gamins ont le droit d'avoir une réelle connaissance de ce que vous vivez, et c'est comme cela, que  certains, quand ils verront un handicapé en difficulté iront vers lui donner un coup de main ...bisous

Handi@dy 26/01/2009 12:45


Oui, CAT, tu as tout compris! Je peux comprendre qu'on n'accepte pas son état, on ne l'accepte JAMAIS, mais on peut
et doit l'assumer si on veut continuer à vivre correctement! A quoi bon être volontaire pour témoigner si l'on ment! Les auditeurs auront une image
totalement faussée de nos conditions de survie ou de vie, ne sauront rien d nos besoins, de nos luttes, penseront qu'on vit comme des valides et qu'on n'a pas de besoins spécifiques! Ils ne nous
aideront plus en rien!

Elle disait ausi faire sa cuisine seule, son linge et le ménage (les élèves ricanaient!)  (elle ne peut se servir de ses mains, ni manger ou boire seule! Elle a une femme de
ménage et une auxiliaire de vie pour ça!)

Heureusement, nous les 3  autres avons parlé de nos besoins, déficience et de nos "personnels", nos anges du quotidien! Et de la difficulté de dépendre d'autrui, de ne plus avoir le
choix!  :0010: