Valenciennes: avec sa nouvelle IRM, le centre hospitalier soigne son image

Publié le par Handi@dy

"
 Le nouvel appareil est opérationnel depuis mardi. Le nouvel appareil est opérationnel depuis mardi.

|  SANTÉ |

Le centre hospitalier de Valenciennes possède un nouvel outil pour l'examen par résonance magnétique, appelé l'IRM 3 Tesla. Cette machine performante, mise en service en début de semaine, est la première de ce type installée dans la région. Elle permet un examen radiologique encore plus approfondi, donc plus précis, et un meilleur diagnostic pour le patient.

 

PAR SAMUEL PETIT

valenciennes@lavoixdunord.fr Les plateaux techniques du nouveau centre hospitalier ne cessent d'évoluer à grande vitesse et s'équipent des outils les plus modernes. Le dernier né est l'IRM 3 Tesla - le tesla étant l'unité de puissance du champ magnétique. Un beau bébé de treize tonnes arrivé à Valenciennes mi-juin et opérationnel depuis le début de la semaine. Trois autorisations avaient été accordées dans le Nord - Pas-de-Calais début 2008 pour équiper les grands établissements de soins : une première au CHRU de Lille (pour le service neuroradiologie), une deuxième au centre Oscar-Lambret et une dernière à l'hôpital de Valenciennes, qui est le premier à faire fonctionner cette machine dotée d'une technique de pointe. Vingt patients ont déjà « bénéficié » de ses services. L'installation des deux autres devrait suivre rapidement dans les unités lilloises. L'arrivée de ce nouvel outil, plus moderne, plus performant et très pointu en termes d'imagerie, est une petite révolution dans le monde médical. Jusqu'à présent, à Valenciennes, les examens étaient faits sur deux IRM 1,5 tesla, des équipements déjà performants. « L'IRM 3 T va apporter une qualité d'image encore plus précise », explique le responsable du pôle imagerie médicale, le Dr Dobbelaere. Une image plus précise, et des résultats, par conséquent, affinés. « Ça va permettre d'améliorer le diagnostic effectivement et de mieux définir les lésions , confirme le spécialiste. Des tumeurs de moins de 2 mm pourront être vues. » L'IRM sera utilisée dans tous les secteurs : la neurologie (la « 3T » sera un outil de choix pour la future unité de neurochirurgie crânienne du CHV), la pathologie inflammatoire (la sclérose en plaques particulièrement) et les maladies dégénératives.

De 14 000 patients par an sur les deux machines (60 % en neurologie, 20 % en pathologie osseuse, 5 % en pédiatrie et le reste en radiologie abdominale), le centre hospitalier passera à 20 000. Les délais d'attente pour un examen d'imagerie, qui sont de deux mois actuellement - hors urgences bien sûr - devraient diminuer. Des études montrent que cet équipement nouvelle génération pourrait servir également pour l'imagerie cardio-vasculaire - « l'IRM est le seul examen capable de visualiser précisément l'infarctus du myocarde », rappelle le Dr Dobbelaere - et qu'il est le plus performant pour le suivi du cancer du sein. •"
rangee-de-galets.gif
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article