Vaccination contre l'hépatite B, sclérose en plaques, responsabilité du laboratoire et nouvelle jurisprudence

Publié le par Handi@dy

"

Écrit par Droit-medical.com    Jeudi, 25 novembre 2010 17:58

Vaccin et lien de causalitéSerait-ce le début d'une nouvelle ère dans la jurisprudence concernant le vaccin contre l'hépatite B et la sclérose en plaques ? La première chambre civile de la Cour de cassation dans une décision du 25 novembre 2010 (pourvoi nº 09-16556) a estimé qu'une cour d'appel pouvait souverainement considérer qu'en l'absence de consensus scientifique en faveur d'un lien de causalité entre la vaccination et les affections démyélinisantes, le fait qu'une patiente ne présente aucun antécédent personnel ou familial et le fait que les premiers symptômes apparaissent quinze jours après la dernière injection ne constituent pas des présomptions graves, précises et concordantes en sorte que n'est pas établie une corrélation entre l'affection de la patiente et la vaccination. Très clairement, même si l'injection immunisante ne date que de quelques semaines quand le patient développe une sclérose en plaques (SEP) et même s'il n'a eu aucun signe avant d'être vacciné ou qu'aucun membre de sa famille n'a eu cette maladie, le vaccin contre l'hépatite B n'est plus systématiquement mis en cause : la seule présomption d'un lien de causalité ne suffit plus à faire pencher la balance de la justice du côté du malade.
La jurisprudence du 25 novembre 2010 rappelle aussi que si le lien de causalité n'est pas établi, le patient ne peut se prévaloir du droit relatif à un produit défectueux.

Il s'agit bien là d'un changement dans l'approche que peuvent avoir les juges de ce problème. Dans une affaire récente, la première chambre civile de la Cour de cassation avait suivi le jugement d'une cour d'appel estimant que l'absence de certitude scientifique, des études concluant à l'absence de lien de causalité, et le fait qu'un patient ne présente pas d'antécédent personnel ou familial de SEP, en plus d'un défaut d'information sur la notice du produit, suffisaient à faire reconnaître la responsabilité du fabricant de vaccins. Quelques mois plus tard, dans une affaire concernant un militaire, le Conseil d'État, quant à lui, estimait qu'une cour d'appel avait eu raison de juger que « le délai qui s'était ainsi écoulé entre la dernière injection et les premiers symptômes constituait un bref délai [4 mois, NDLR] de nature à établir le lien de causalité entre la vaccination et l'apparition de la sclérose en plaques ».

Faut-il y voir là une victoire de la puissante industrie pharmaceutique ? Est-ce une décision qui arrive à point nommé pour protéger l'État d'éventuelles indemnisations en raison de graves effets secondaires liés à un vaccin, qu'il soit destiné à immuniser contre l'hépatite B ou la grippe, par exemple ? Ou est-ce tout simplement le triomphe de la raison et la reconnaissance d'études scientifiques concordantes sur un sujet polémique ? Face à la détresse de ceux qui cherchent à trouver une raison aux malheurs qui les frappent, la question est aussi de savoir s'il faut à tout prix indemniser cette souffrance quand la responsabilité des uns ou des autres est discutable.
Face à des scandales sanitaires comme ceux de l'amiante, du sang contaminé, de l'hormone de croissance ou plus récemment du Mediator, montrant à quel point les enjeux économiques sont puissants face à la santé publique, il est facile de comprendre les doutes des patients et de leur famille. Justice et vérité ne vont pas forcément de pair...



Lire la suite: http://www.droit-medical.com/actualites/1-jurisprudences/”http://droit-medical.com/actualites/1-jurisprudences/867-vaccination-contre-hepatite-sclerose-plaques-responsabilite-laboratoire-nouvelle-jurisprudence”/#ixzz16Q0pxobh"

Commenter cet article