Un miracle à temps pour Noël

Publié le par Handi@dy

"

Un miracle à temps pour Noël



La vie sourit maintenant à Debbie McKelvey (à droite), qui se porte bien après l'opération Zamboni. Elle est ici accompagnée de sa mère, Emily Russell. (photo: Vincent Cliche)

La vie sourit maintenant à Debbie McKelvey (à droite), qui se porte bien après l'opération Zamboni. Elle est ici accompagnée de sa mère, Emily Russell. (photo: Vincent Cliche)

Vincent Cliche
Publié le 23 Décembre 2010
Publié le 22 Décembre 2010
Vincent Cliche RSS Feed

La théorie Zamboni a peut-être ses détracteurs au Québec, mais Debbie McKelvey n'en parle qu'en bien. Cette Austinoise de 51 ans, atteinte de la sclérose en plaques (SP), a subi cette intervention chirurgicale le mois dernier et se porte maintenant à merveille. «Un véritable miracle s'est produit, juste à temps pour Noël», a-t-elle lancé, tout sourire.

Sujets :
Hôpital de l'Albany , État de New York , Canada

Avant de partir pour Albany, dans l'État de New York, les capacités motrices de Mme McKelvey avaient énormément diminué. La maladie s'était même attaquée à son élocution, tellement qu'il était difficile de la comprendre. Malgré tout, la quinquagénaire a su garder sa bonne humeur.

Le 5 novembre dernier, Debbie McKelvey était alitée dans un hôpital de l'Albany. On allait procéder à une intervention chirurgicale, la technique Zamboni. Celle-ci, mise au point par le docteur Paolo Zamboni, qui croit que la SP est causée par une insuffisance veineuse, vise à débloquer les veines du cou et à améliorer la circulation sanguine au cerveau. Le chirurgien Kenneth Mondato a pratiqué l'opération, que plusieurs contestent. Elle n'est d'ailleurs pas reconnue au Canada, d'où le déplacement de l'Austinoise aux États-Unis. Une heure après avoir passé sous le bistouri, la patiente a pu crier victoire. «Lorsque je me suis réveillée, je me sentais si bien.» Si bien que la première chose qu'elle a faite à sa sortie de l'hôpital est d'aller magasiner.

«Je marche maintenant sans l'aide de mes béquilles maintenant et je peux me tenir bien droite, dit fièrement Debbie McKelvey. Je peux également m'exprimer mieux. Pour moi, ce sont des pas de géant. Ce qu'il y a de bien, c'est que le docteur m'a dit que ça ne pouvait qu'aller mieux au fil du temps.»

Si la technique Zamboni connaît tant de succès, pourquoi les gouvernements québécois et canadien ne l'autorisent pas? «C'est inconcevable que notre État refuse de payer pour ce genre de traitement», indique la mère de la patiente, Emily Russell. Sa fille est quelque plus tranchante. «Le gouvernement a une certaine mentalité où il veut vendre le plus de médicaments et les personnes atteintes de sclérose en plaques en consomment énormément. Il ne voudrait pas perdre ces revenus», mentionne Mme McKelvey.

L'opération en sol américain s'accompagne d'une facture de 10 000 $. Pour réunir ces fonds, la patiente a participé à de nombreuses activités de financement. Elle désire d'ailleurs remercier tous ceux qui sont venus l'encourager. «Si tout se déroule bien, ce sera à mon tour, une fois de plus, d'aider les gens de la Fondation SP 2000, dont l'une de ses organisatrices, Lee Aulis. Elle souffre aussi de sclérose en plaques. Pour moi, ce n'est pas juste que j'aille bien et qu'elle souffre encore. Elle a également le droit de laisser de côté cet enfer, tout comme je l'ai fait.»"

lerefletdulac.com/Actualites/

Commenter cet article

Annabelle 26/12/2010 13:16



C'est vrai que l'on peut se sentir coupable, quand l'intervention a fonctionné mais qu'elle n'a pas vraiment fonctionné pour d'autres ou bien que d'autres attendent ... C'est pour ça qu'il ne
faut rien lâcher ! 


bises à Debbie qui reprend goût à la vie ! 


bidoud Adi 



Handi@dy 27/12/2010 11:52



Et que j'espère y avoir bientôt accès, car je n'en puis plus! :0010: