Témoignage APF au collège-lycée "la doctrine chrétienne".

Publié le par Handi@dy


Photo de la cour qui provient du site de l'établissement!

En Alsace, les écoles privées catholiques, protestantes, juives, sont encore nombreuses.
Là, il s'agissait d'une école catholique. le nom trompe: on n'y endoctrine pas les élèves, on les éduque de façon variée, à la tolérance et à l'acceptation de l'Autre. Ils ont des cours de religion mais qui ne les braque pas contre l'athéisme ou les autres fois. L'autre nom qui est sur la façade (pas eu le temps de prendre la photo, on me poussait!):"La doc'"
Sonja Rupp y était passée aussi, avait chaperonné un élève atteint de mucoviscidose du lycée, qui souhaitait réussir son bac et faire des études. Il obtiendra son examen mais décèdera peu après...

Nous y sommes allés, avec MANUE et MAURICE, dans le cadre de la journée spéciale "intervenants d'assoces" qui a lieu chaque année à la même date. L'établissement invite, par exemple, Amnesty international, Emmaüs, le Nid (assoce qui aide les femmes seules avec enfant à reconstruire leur vie: logement, emploi), et l'Association des Paralysés de France (nous!). Le fondateur de l'école pensait qu'il fallait une tête bien faite plutôt que bien pleine! Un humaniste authentique! On y éveille donc les élèves à la sensibilité, au respect d'autrui et de sa différence, à la solidarité, à la compassion active.
L'école se trouve au centre ville, coincée à côté d'un bâtiment officiel de l'armée, dans une rue étriquée où on a eu du mal à se garer et à sortir les fauteuils!
Mais... l'école nous attendait et a envoyé deux hommes (le "concierge" et homme à tout faire du bahut, cinquantenaire qui a été bien content de trouver encore un emploi où il est très apprécié; il joue de la guitare.) et un membre du personnel administratif. Il y a avait une marche assez haute à passer pour entrer, et avec notre chauffeur bénévole, C., ils n'ont pas eu de mal à nous faire accéder.

On a témoigné dans 4 classes, des 5èmes et des 4èmes. Il y a encore quelques bonnes soeurs dans le bahut, dont une en tenue qui a servi le repas à la cantine, et soeur Odile qui ous a accueilli, organise les intervenants, nous a apporté une sono et un micro!
On nous a installés dans le réfectoire, accessible, puis en salle de perm, idem.
MANUE présente le déroulement de notre intervention de façon générale, puis on se présente individuellement avecelle et MAURICE pour finir par les questions des élèves. On est rôdés maintenant!
Toujours très attentifs, les élèves ont peu côtoyé le handicap, comme tous les scolaires.
Nous avons eu de nombreuses questions variées, sur nos loisirs, nos aides, ce qui nous manque le plus, j'ai toujours une flopée de questions, moi, ex prof (!) sur ce qui a été le plus difficile en début de maladie, par exemple.

A 10h, on nous a servi du café et des petits gâteaux! On était gâtés!

La dernière heure, c'était avec un prof sidéré que j'aie retravaillé en fauteuil si longtemps, qui nous a posé des questions dont une capitale et judicieuse: "Le regard des gens a-t-il changé depuis les lois sur le handicap?" Je lui ai répondu par une anecdote à lire ici: Le regard de l'Autre est le nôtre. En fait, OUI, le regard a bien changé, je dirais depuis 4 ou 5 ans en fait: les gens sont plus souriants dans la rue, ils laissent volontiers passer sur la route, ils proposent spontanément de l'aide, que ce soit dans mon quartier ou en ville! L'apparition des personnes handicapées dans le champ visuel des gens les a habitués, puis familiarisés, et ils sont plus à l'aise! Avant, on nous cachait dans des institututions spécialisées, comme une tâche honteuse, à présent on s'intègre, et comme la loi a un peu forcé gentiment les mentalités, on  peut faire appel à ce que les gens ont en eux de meilleur!
Le collègue a souhaité qu'on revienne sous prétexte que ses élèves n'ont jamais été aussi calmes et attentifs!
On reviendra l'an prochain!
Puis, l'heure du repas a sonné, on nous a convié au réfectoire où on a présenté les intervenants dont nous et offert un apéro: petits salés et crémant, le champagne alsacien! Quand je vous disais qu'on a été gâtés! La soeur Odile a eu un bouquet de fleurs pour son implication, le dirlo s'est fendu d'un petit discours... Puis on s'est attablés avec les autres: au menu entrées variées et...poisson (c'était un vendredi, le carême!) plus yaourt! Même menu que les élèves. On a papoté avec les profs et intervenants, on a réalisé comment fonctionnait le bahut. Les profs n'étaient pas aussi rigides qu'on l'imaginait, au contraire et très auto critiques. J'ai sympathisé avec l'intervenante d'Emmaüs à qui j'ai donné mes coordonnées. (elle m'a déjà recontactée!)
C'était la chandeleur, on a refusé des crêpes proposées en plus. Au retour, on a déliré Bible, Adam et Eve que C. notre chauffeur accusait de tous les maux! J'ai parlé de cette "pouffiasse d'Eve" à cause de laquelle on est handis! On a bien ri! On a fini par discuter relation de couple, sexe et co, hommes vs femmes, toujours en accusant Eve! C. nous a expliqué sa version des choses, l'homme simpliste qui se laisse embobiner, primitif aux besoins limités!(il avait une furieuse envie de faire pipi, ça a dû l'influencer!)  Manue a dit que les femmes étaient lumineuses, et devant l'APF, la barrière s'active avec un bip. C. ne parvenait pas à s'en servir, je l'ai pris et ô miracle, elle s'est ouverte, annnoncée par une lumière placée au-dessus! J'ai rappelé que nous étions lumineuses! Catherine la directrice et Nadine sa secrétaire ont confirmé, solidarité féminine!

Très bons témoignages, excellent accueil, très bonne expérience que nous n'oublierons pas!

Commenter cet article