SEP: L'espoir fait vivre!

Publié le par Handi@dy

"

Christopher Alkenbrack

Christopher Alkenbrack

Le Néo-Écossais Christopher Alkenbrack, qui souffre de la sclérose en plaques, se rendra en Europe pour recevoir un traitement expérimental. L'homme de 42 ans espère ainsi freiner la progression de sa maladie.

M. Alkenbrack et d'autres patients canadiens iront prochainement subir ce traitement en Pologne.

Le traitement en question a été mis au point par un médecin italien. Ce dernier croit que la sclérose en plaques est causée par l'obstruction de certaines veines. Son traitement permettrait de dégager ces veines.

Christopher Alkenbrack pensait tout d'abord qu'il pouvait obtenir ce traitement aux États-Unis, mais les coûts étaient au-dessus de ses moyens. En effectuant des recherches, il a trouvé un médecin en Pologne qui pouvait l'aider. « Pour moi, c'était le plus grand cadeau que je pouvais avoir », souligne Christopher Alkenbrack.

Le patient ne se fait toutefois pas d'illusions. « Je ne crois pas que je vais pouvoir dire un jour que je n'ai plus la sclérose en plaques, que je n'ai plus aucun symptôme, aucun déficit neurologique. Cependant, mon objectif avec cette procédure est maintenant un peu plus réaliste. C'est de stopper la maladie, stopper la progression de la maladie », explique M. Alkenbrach.

« C'est une longue descente vers l'incapacité et si je peux arrêter cette descente-là avant de me trouver de façon permanente dans un fauteuil roulant, c'est ça mon espoir », ajoute-t-il.

Risque de déception

La Société canadienne de la sclérose en plaques rappelle aux patients que ce traitement repose sur une théorie et que son efficacité n'a pas encore été prouvée. Elle déconseille donc aux gens de le suivre en attendant le résultat de tests effectués dans des universités.

Dena Simon, porte-parole de la Société canadienne de la sclérose en plaques, rappelle qu'on ne sait pas si ce traitement est sécuritaire et efficace. Elle dit que la science n'a pas encore prouvé que les gens atteints de cette maladie souffrent également d'un rétrécissement vasculaire. Mme Simon estime qu'il faut étudier davantage la question.

Christopher Alkenbrack écarte ces réserves. Il veut tenter le tout pour le tout et il se rendra bientôt en Pologne accompagné de sa famille pour essayer ce traitement."
radio-canada.ca/
rangee-de-galets.gif

Commenter cet article

yolande 13/02/2010 22:34


Merci pour l'info Adrienne ! A suivre donc...


Handi@dy 14/02/2010 19:14


Oui! :0010:


annabelle 13/02/2010 10:37


Il a bien raison de tenter, qui ne tente rien n'a rien! 
eh pis les chiffres parlent... bcp de sclérosés ont un rétrécissement veineux, c pas une coïncidence non plus!

bidoud 


Handi@dy 13/02/2010 19:47


Mon kiné pense qu'il y aurait deux formes de SEP, une neuro, l'autre veineuse! Mais les médecins penchent vers la veineuse qui induit la neurologique: Canada,
Allemagne! Et nous, on dort! Grrr! :0010: