Sclérose en plaques : l’espoir américain pour une Warwickoise

Publié le par Handi@dy

"

Publié le 23 Septembre 2010
Publié le 23 Septembre 2010
Claude Thibodeau
 
On pourra rencontrer Hélène Nadeau et la soutenir financièrement à la Maison de la culture de Warwick durant la Balade gourmande les 2, 3, 9 et 10 octobre.

On pourra rencontrer Hélène Nadeau et la soutenir financièrement à la Maison de la culture de Warwick durant la Balade gourmande les 2, 3, 9 et 10 octobre.

Publié le 23 Septembre 2010

Atteinte de la sclérose en plaques (SP) depuis 20 ans, Hélène Nadeau de Warwick fonde beaucoup d’espoir sur une intervention mise au point par un médecin italien pour améliorer son état de santé et sa qualité de vie. La Warwickoise est en attente de cette intervention, une angioplastie, qui se fera dans une clinique privée aux États-Unis à un coût évalué entre 8 000 $ et 12 000 $. Voilà pourquoi Hélène Nadeau amassera des fonds auprès de la population.

Sujets :
Warwick , États-Unis , Italie

Mais d’abord, l’histoire d’Hélène Nadeau, cosméticienne de métier. La résidante de Warwick est atteinte de la SP depuis 20 ans, mais le véritable diagnostic est tombé en 2002. Puis, depuis deux ans, la maladie progresse très rapidement. «Auparavant, je marchais normalement. Maintenant, je suis en fauteuil roulant pour les grandes distances ou avec un déambulateur», note-t-elle.

 

La maladie a si vite évolué que son neurologue a changé le diagnostic devenu sclérose en plaques progressive secondaire.

 

Cependant, l’espoir habite Hélène Nadeau depuis qu’elle a appris, à l’émission Denis Lévesque à LCN, l’existence de la technique élaborée par le Dr Paolo Zamboni en Italie. «Son intervention est une angioplastie, comme on le fait pour le cœur. Mais il s’agit de débloquer des veines du cou pour améliorer la circulation sanguine au cerveau. Parce que la sclérose en plaques se caractérise par des lésions au système nerveux central au cerveau», explique-t-elle. «Le médecin italien a effectué l’intervention sur son épouse et depuis, elle a retrouvé une vie presque normale», précise Mme Nadeau.

 

Aujourd’hui, l’intervention se pratique dans plusieurs pays, dont la Pologne, la Bulgarie, le Costa Rica, le Mexique, l’Allemagne, l’Inde et les États-Unis. «Au Canada, on ne reconnaît pas encore l’intervention. On souhaite plus d’études», signale la Warwickoise.

 

Pour subir son intervention, Hélène Nadeau a choisi les États-Unis. «Me voilà inscrite sur une liste d’attente, le délai y est de deux ou trois mois. On m’a fait savoir que ma libération, comme on appelle l’intervention, devrait avoir lieu en décembre ou en janvier», dit-elle.

 

La Warwickoise n’est pas la seule à s’expatrier dans l’espoir d’améliorer son état. «Au moins 140 Canadiens et Québécois l’ont fait avec de bons résultats. Ceux qui ont été «libérés», ont vu leur état s’améliorer», fait-elle savoir.

 

Qu’espère-t-elle, Hélène, avec l’intervention? «Mon but est de reculer cinq ans en arrière dans mon état. Je souhaite retrouver mon équilibre et ne plus me servir de mon fauteuil roulant. C’est ma jambe droite qui est attaquée. Elle ne plie pas.»

 

La sclérose en plaques afflige bon nombre de personnes. «À Warwick, nous sommes six, dont un homme qui s’est aussi inscrit pour subir l’intervention aux États-Unis. Et à Victoriaville, la SP toucherait une quarantaine de personnes», souligne Hélène Nadeau.

Le financement

Pour financer le coût de son intervention, Hélène Nadeau vendra à la population des sacs peints à la main pour bouteilles de vin et des sacs d’épicerie.

On a autorisé la Warwickoise à s’installer dans le hall de la Maison de la culture de Warwick, l’ancienne gare, à l’occasion de la prochaine Balade gourmande les 2, 3, 9 et 10 octobre. Certains de ses sacs ont d’ailleurs déjà trouvé preneurs. «C’est incroyable la solidarité, l’entraide que les gens manifestent à mon endroit. Des collectes s’organisent aussi dans les entreprises», observe-t-elle.

 

Les intéressés à manifester leur générosité et leur soutien à Hélène Nadeau peuvent faire un don chez Aspirateur Pierre Martel à Victoriaville, à la pharmacie Familiprix de Warwick et au restaurant Chez Mike de Warwick également. «S’il reste de l’argent, je m’engage à donner au suivant», mentionne la Warwickoise qui souhaite bien retrouver l’équilibre à la suite de son intervention. «Aucun médicament à ce jour ne guérit la SP. Mais nous pouvons améliorer notre qualité de vie. Je compte sur votre appui pour réaliser mon rêve. Merci de tout cœur», conclut Hélène Nadeau."

lanouvelle.net/

Commenter cet article