Manif en faveur du traitement Zamboni

Publié le par Handi@dy

"

Claudette Samson

Claudette Samson
Le Soleil

(Québec) Des malades atteints de la sclérose en plaques et des gens qui les soutiennent viendront manifester à Québec le 19 octobre devant le parlement afin de demander au gouvernement d'aller de l'avant avec la méthode de traitement contestée du Dr Paolo Zamboni.

La démarche est lancée par une femme de Saint-Lambert ayant elle-même fait le voyage en Pologne il y a quelques mois pour y subir ce traitement. Francine Deshaies dit avoir depuis ce temps constaté une nette amélioration de son état.

Le Dr Zamboni, un médecin italien, affirme sur la base d'une étude dont la méthodologie est jugée non conforme par la communauté scientifique, que la sclérose en plaques pourrait avoir des origines vasculaires. En raison de veines bloquées, le sang ne circulerait pas adéquatement, favorisant l'accumulation de fer au cerveau. Son traitement consiste donc à dilater les veines en y introduisant un ballon, ce qu'on appelle une angioplastie.

Des études sont depuis allées à l'encontre de cette théorie. Au Canada, Ottawa a décidé de poursuivre les études, mais estime qu'il est trop tôt pour réaliser des essais cliniques. De son côté, la Société canadienne de la sclérose en plaques (SCSP) a annoncé en juin qu'elle investissait 2,4 millions $ conjointement avec son homologue américaine pour la réalisation de sept études. Et tout récemment, à la mi-septembre, elle a annoncé avoir constitué une réserve d'un million de dollars pour des essais cliniques à enclencher dès que des études auront démontré un lien possible entre la sclérose en plaques et l'insuffisance veineuse céphalorachidienne chronique (IVCC).

Sentiment d'urgence

Mais pour les malades, il y a urgence, souligne Mme Deshaies. Ils viendront donc demander trois choses lors de leur «marche de l'espoir» : l'angioplastie par compassion de façon immédiate pour les personnes les plus atteintes, la réalisation sans plus tarder d'essais cliniques, et un suivi médical adéquat pour ceux qui sont allés se faire traiter dans un autre pays, généralement en Europe de l'Est.

Francine Deshaies dit avoir «dû se battre tout l'été» pour avoir un suivi adéquat à la suite de l'intervention réalisée en Pologne. «Retournez en Pologue», se faisait-elle dire lorsqu'elle avait besoin de soins.

Selon Mme Deshaies, entre 100 et 150 Québécois se sont déjà rendus à l'extérieur du pays pour y être traités.

À la Société canadienne pour la sclérose en plaques, on se dit bien conscient du grand désespoir des malades. «Mais on ne peut pas devancer ce qui n'a pas encore été prouvé», dit la directrice des communications, Lucie Bilodeau.

La bonne nouvelle, dit-elle, c'est qu'il y a énormément d'intérêt autour de cette question, qui fait bouger la communauté scientifique.

Pour en savoir davantage sur le traitement, voir le site de la SCSP, http://mssociety.ca/fr.

Quant à la manifestation, elle aura lieu à 13h le mardi 19 octobre. Mme Deshaies a une page Facebook, que l'on peut retrouver avec les acronymes CCSVI - IVCC."

cyberpresse.ca

Commenter cet article