CCSVI: Vivianne White redécouvre la vie

Publié le par Handi@dy

"

Vivianne White, peu de temps après son opération à Sofia, en Bulgarie.Photo Gracieuseté

Vivianne White, peu de temps après son opération à Sofia, en Bulgarie.Photo Gracieuseté

Geneviève Blais
Publié le 30 Août 2010
Publié le 27 Août 2010
Geneviève Blais
 

Atteinte de sclérose en plaques, elle s'est fait opérer en Bulgarie.

«J'ai l'impression de revivre. C'est comme si mon prince était venu me réveiller et ce prince s'appelle angioplastie.»

 

Vivianne White était à une poussée du fauteuil roulant lorsque, en juin, elle s'est envolée en Bulgarie dans le but d'y subir une opération qui, d'après les études du Dr Paolo Zamboni, peut stopper la progression de la sclérose en plaques.

 

Le risque était grand. Un coup de dés, comme le dit elle-même la Joliettaine. «Ils ont commencé à pratiquer cette intervention en janvier. À l'hôpital Toduka, où je suis allée, ils en font environ 25 par semaine. Ça fait juste commencer. J'étais cobaye. Mais si c'était à refaire, je le referais.»

 

Selon le Dr Zamboni, la sclérose en plaques serait associée à une malformation des veines jugulaires et azygos. Cela empêcherait le sang de bien circuler et de drainer efficacement le système nerveux central. Une opération délicate appelée angioplastie permettrait, selon lui, de corriger la situation.

 

C'est ce à quoi s'est soumise Vivianne White. Et elle n'a aucun regret. «C'est comme si j'avais une deuxième chance de vivre.»

 

Dès les premières journées suivant son opération, elle a constaté des améliorations. «Ma fille et moi étions dans un parc à Sofia, la capitale de la Bulgarie, quand j'ai regardé mes pieds. Ils n'étaient pas bleus, contrairement à avant. Ils étaient de couleur peau, car maintenant le sang circule dans mes jambes», dit-elle.

 

Mme White est aussi capable d'utiliser une canne ordinaire pour se déplacer sur de courtes distances, plutôt que sa canne avec quadripode, car elle se sent plus solide sur ses jambes. Les raideurs et les spasmes qui l'indisposaient tant il y a quelques mois sont pratiquement histoire ancienne.

 

Mais là où elle a noté le plus grand progrès, c'est quant à son degré d'énergie. Il atteint un niveau inégalé depuis des années. «Les gens qui ont la sclérose en plaques souffrent souvent de fatigue chronique. C'était mon cas. Tout était lourd. Si j'avais besoin d'aller magasiner, j'étais découragée à l'idée de sortir mon fauteuil roulant… Ça m'apparaissait compliqué. Mais maintenant il n'y a plus d'obstacles.»

 

Vivianne White redécouvre les différentes saveurs de la vie. Elle pratique des activités qui étaient auparavant hors de sa portée. «Je suis capable d'embarquer sur une moto. Je peux même aller en camping, car j'ai plus d'équilibre et ma vessie ne me joue plus de tours», souligne-t-elle.

 

Depuis son retour de la Bulgarie, elle profite de chaque journée qui passe. «Mon plus grand projet, c'est de vivre», dit-elle, tout simplement."

laction.com/


Commenter cet article

Annabelle 31/08/2010 13:37



oui c'est juste ! "vivre ... tout simplement". 


Déjà qu'avec une SEP dite "bénigne", on ne vit pas normalement, alors à ce stade, c'est pire. 


Cool que des progrès arrivent pour elle ! 



Handi@dy 02/09/2010 23:24



Oui! Mon espoir redouble! :0010: