Atteinte de sclérose en plaques Une mère cherche à amasser 15 000 $

Publié le par Handi@dy

"

Atteinte de sclérose en plaques - Une mère cherche à amasser 15 000 $
Jade a marché pour aider sa mère atteinte de SP, Mélanie Dupuis, à obtenir le montant de 15 000$ pour un traitement en Bulgarie.  
© Agence QMI

 

MONTRÉAL - Devant l’impossibilité de recevoir des traitements médicaux adaptés à sa situation, une mère monoparentale atteinte de sclérose en plaques (SP) et sa fille de 10 ans tentent de mobiliser leur voisinage pour financer une thérapie offerte en Bulgarie.

Prestataire de l’assistance sociale, Mélanie Dupuis, 34 ans, vit sur la rue Duff Court, à Lachine, avec sa fille Jade.

Il s'agit d'un quartier où l'on retrouve le plus grand nombre de HLM à Montréal. Elles sont tout de même parvenues à solliciter la participation de leur entourage, amassant un peu plus de 1600 $ depuis le mois d’août.

Jade a d’ailleurs participé à un «marche-o-thon» organisé par sa mère, samedi, où elles ont pu récolter 555 $. «C’est surprenant de savoir comment les gens se sont mobilisés», a dit Mme Dupuis.

Le montant nécessaire pour le traitement auquel veut se soumettre Mme Dupuis est de l’ordre 15 000 $, ce qui comprend les frais de déplacement en Bulgarie et l’administration des soins par l’équipe médicale.

Plusieurs spécialistes à l’étranger ont adopté la théorie du docteur italien Paolo Zamboni, selon laquelle la SP serait causée par une insuffisance veineuse. En Bulgarie, il est notamment possible d’avoir des traitements pour «débloquer les veines» touchées par la maladie, avec une échographie veineuse.

Mme Dupuis est convaincue des effets bénéfiques du traitement, puisque sa soeur Sophia, atteinte elle aussi de la maladie, a été traitée avec succès en Bulgarie.

«Lorsqu’elle est partie, elle était pire que moi et maintenant, elle est moins maganée que moi. Ce n’est pas miraculeux, mais ça change nos vies quand même», a-t-elle soutenu.

Lorsqu’elle a reçu son diagnostic en 1999, son médecin lui a prescrit du Capaxone, un médicament administré par une injection quotidienne et qui modifie l’action du système immunitaire en diminuant la fréquence des dommages provoqués par la SP sur les couches protectrices qui enveloppent les nerfs.

Persuadée de l’inefficacité du produit et de ses effets néfastes, Mme Dupuis cherche à améliorer ses conditions de vie.

«Les spécialistes en Bulgarie disent que ce médicament est très dangereux. Plus j’attends, moins ça risque de fonctionner. J’ai espoir de m’y rendre au plus vite», a-t-elle ajouté, qui affirme vivre avec une douleur constante, ressentie comme l’effet «de couteaux dans les jambes».

«C’est ma vie qui est en jeu. Je ne sais pas la minute où je vais paralyser», a dit Mme Dupuis.

Aucune étude n’est venue prouver l’efficacité réelle d’un traitement en particulier, ce qui pousse le ministère de la Santé et des Services sociaux à jouer de prudence et à attendre les résultats des recherches en cours, comme celles menées par le Centre universitaire de l’hôpital de Sherbrooke et portant sur la théorie du Dr Zamboni."

canoe.ca/i

Commenter cet article

Mel 27/09/2010 19:09



c'est une très belle initiative!!!


bisou Adi et merci pour cet article!


;-)



Handi@dy 30/09/2010 11:52



Les Canadiens sont solidaires! : 0010: