Comment réussir son hospitalisation! (1)

Publié le par Handi@dy

10/02/2007

CHRONIQUES DE MON HOSPI, volet 1: "résiste, prouve que tu existes!"
Parce que parfois l'hôpital infantilise, vous prive de vos droits, et de votre dignité... Voire met votre santé en péril!


Pour ceux qui ont raté un épisode, le contexte: il y a 11 jours, je me croyais en poussée de sclérose en plaques et rejoignai l'hôpital de jour pour une consultation d'urgence et des perfs de solumédrol en ambulant. Je profitai de l'occasion pour faire voir aux infirmières des plaies de frottement dues à un fauteuil et à un coussin anti-escarres non adaptés (article à venir sur cette situation scandaleuse, une arnaque hubuesque de la part d'un vendeur de paramédical). Verdict: mes pansements "maison" sont super bien faits (mon pharmacien qui avait failli oublier de me livrer de quoi me panser étant passé la veille à 20h15!!!), mais... les plaies sont infectées! Du coup, plus question de solu, car il aggraverait l'infection et empêcherait la cicatrisation. On décide de me garder pour 48h, voire plus, le temps de faire des analyses et de refaire les pansements. Damned! Inquiète, je n'ai pas le choix: on me monte dans un des services de neuro. Ce soir je me contenterai d'évoquer les "couacs" de mon séjour, sachant que le tout a bien fini (11 jours d'hosto quand même) et que j'ai vécu des situations incroyables et rencontré des personnes épatantes.
LES COUACS:
- à ce jour, je ne sais toujours pas si ce qu'on a soigné étaient des plaies de frottement (d'après un toub et plusieurs infirmières) ou des débuts d'escarres (d'après un autre toub et d'autres infirmières!). Bah, j'irai trouver la vérité sur Google, comme d'hab. (je rigole! Quoi que...)
- les équipes se suivaient sans avoir pris connaissance de mon dossier médical (alors qu'ils ont des réunions dites de transmission des infos prévues à cet effet!): on ignorait que j'avais la SEP! Que j'étais paraplégique incomplète! Que j'étais incontinente totale! On ignorait ce qu'était un curage, une exonération d'urines ou de selles... On se montrait incapable de me mettre convenablement une protection et on refusait mes conseils (je le fais tous les jours, m****!), quitte à ce qu'il y ait des fuites qui obligent à changer le lit quasi entier plusieurs fois par jour...
- au début on a oublié de me changer mes pansements qui marinaient dans mon pipi...parce que malgré mes suppliques répétées de m'apporter de quoi me changer, on oubliait... J'ai été jusqu'à demander un formulaire de décharge pour me "barrer", vu la gravité de la situation. On m'a envoyé une interne de garde qui m'a confirmé les euh... déficiences du service, tout en me promettant qu'on mettrait à ma disposition de quoi me changer seule pour être au sec et dans des conditions d'hygiène minimales qui ne mettent pas mes plaies en danger de surinfection. Le message n'est, hélas, passé qu'1 jour sur 3...
- ayant osé rouspéter (poliment mais fermement), j'ai fait l'objet d'une "vengeance" bien orchestrée: une nuit, on m'a réveillée toutes les 1h1/2 pour me changer alors qu'il n'y avait pas besoin, en me manipulant assez brutalement. Ce n'est pas la 1ère fois que je vis ce genre de chose et j'ai résisté à ma manière: hors de question de bouger, de les aider à me retourner. Vu mon poids, ils en ont chié plus que moi... Ma voisine de chambre a passé une nuit blanche, et dès le lendemain je me plaignais au toub. Miracle, dès lors nous avons été bichonnées à mort, et ce toutes les 2!
- en m'installant un matelas spécial anti-escarres, on m'a transvasée sur un brancard malgré mon refus (je voulais me transférer sur un siège, ça aurait duré 3 secondes et c'était plus facile pour tout le monde, de plus je craignais que la manip proposée par les inf ne décolle mes pansements). Résultat: leur manip a duré 20 mn et j'ai failli m'exploser du brancard, ne devant l'absence de chute qu'à mes excellents réflexes lorsque la barrière de protection a cédé... Dois-je préciser qu'un des pansements s'était décollé comme je l'avais annoncé? Et que l'on ne me l'a refait que 15h plus tard, malgré mes demandes répétées?
- on a oublié une prise de sang à jeun, quelques médicaments, au début... Et lorsque la bouffe de l'hosto a provoqué des coliques, on a traîné à me changer... Pas beau tout ça...
Bon, page tournée, c'est torché, balayé! Demain, les aspects positifs du séjour!

Allez! On finit par une note humoristique: lors de la grève du personnel hospitalier, j'ai demandé qu'on me fasse une affiche "je soutiens la grève", par solidarité. Ben oui, quoi! Je veux davantage de personnel, mieux formé, moins speed, moins négligent! Nan mais!

Commenter cet article

Handi@dy 25/03/2007 08:41

Merci pour vos coms! Eh oui, il faut se battre pour se faire respecter à l'hosto! Tragique!!!

sylvie 11/02/2007 18:53

Et ben... Ils ont du en baver à l'hopiltal!!!  et la pitié, tu connais pas? Monstre, va!
GrosGros BISOUS!!!!

raksha 11/02/2007 17:36

2 ème tentative de coms, le 1 er à disparu...quelle galère OB avec la V2...
Je suis trés heureuse de te retrouvé parmis nous car je me demandais quoi...Que tu ais été "maltraitée" à l\\\'hosto ne m\\\'étonne qu\\\'à moitié malheureusement...Certains collègues se plaignent du manque de personnel et passent leurs journées à boire du café !!
Enfin, c\\\'est du passé, tu as un "sacré caractère" , Bravo ! Car si tu te défends pas qui le feras à ta place ???
Prens ton temps pour répondre et reprendre ton blog en main, l\\\'essentiel pour nous tous est de te savoir revenue, aussi "bien" qu\\\'avant..

Fanfanlatulipe 11/02/2007 10:40

Je trouve inadmissible que l'on traite un patient quelque soit son état de cette manière !! Je crois qu'à ta place, je les aurais étrangler une fois à portée de main. Qu'il y ait un manque de personnel d'accord, mais négliger le patient ainsi non !!!!Je suis bien contente pour toi @dy que soit rentrée chez toi !!!

caro 11/02/2007 08:20

T\\\'as remarqué mieux que moi comme toutes ces petites infirmières étaient bien mimiiiiiiiiiiiii et toutes jeunettes, je ne parle même pas des internes. J\\\'ai même cherché un instant une caméra cachée dans un coin qui tournait une nouvelle saison d\\\'urgence... et... il m\\\'a semblé croiser le sublime George Clooney dans les escaliers...
Eh ouais, des Gaby, des Anne, des Léo... y\\\'en a malheureusement que trop peu et je crois que te temps en temps elles mériteraient qu\\\'on le leur dise. Et les petites oies blanches qui les remplacent devraient apprendre un peu l\\\'humilité et le respect. Mais ça, à mon avis, c\\\'est un autre débat, une autre génération...
Mille bisous plein de courage
Caro