Michel Pépin, un poète de la rue SEPien!

Publié le par Handi@dy

Le poète de la rue

Pascal LeBlanc par Pascal LeBlanc
Voir tous les articles de Pascal LeBlanc
Article mis en ligne le 7 octobre 2009 à 8:42
Soyez le premier à commenter cet article

Le poète de la rue
Michel Pepin fera la lecture de quelques-uns de ces poèmes lors d’une soirée au Rendez-vous du thé, le 6 octobre. (Photo: Martin Alarie)
Le poète de la rue
Lorsque j’ai rencontré Michel Pepin devant l’épicerie Métro de la rue Fleury, mon rôle aurait pu être joué par Robert Downey Jr. et le sien par Jamie Foxx. Le plus incroyable est que juste avant notre entretien, il est allé rapporter une copie DVD du film Le Soliste au club vidéo. Les parallèles pouvant être faits entre ce film et notre histoire sont nombreux, mais la différence est que ce récit se déroule ici.
Il est important de spécifier que Michel Pepin n’est pas schizophrène comme Nathaniel Ayers (le personnage interprété par Jamie Foxx). Toutefois, il est atteint de sclérose en plaques depuis six ans et cette maladie a entièrement changé sa vie. «Au début je me sentais un peu dépressif. C’est comme si on m’enlevait soudainement la capacité de vivre mon quotidien, explique-t-il. J’ai ensuite perdu la garde de mes enfants et à partir de ce moment, je ne voulais plus sortir de chez moi.»

M. Pepin s’est alors mis à écrire des poèmes en s’inspirant de la vie, des gens, du passé… Après un certain temps, il commençait à se sentir triste, seul chez lui. Il est donc allé dans la rue offrir ses poèmes. Cependant, ce résident du secteur Sault-au-Récollet a décidé de se rendre au métro Beaubien plutôt qu’à proximité de sa demeure. «Je n’avais pas une grande fierté à me retrouver dans la rue et je ne voulais pas rencontrer des gens qui me connaissaient, raconte M. Pepin. Ce n’était pas cool là-bas par exemple. Je me suis fait voler, cracher dessus et insulter à plusieurs reprises.» Ainsi, le poète sur quatre roues est rentré au bercail et s’est installé devant le supermarché Métro de la rue Fleury, endroit où il se retrouve chaque jour depuis plus d’un an.

«Aujourd’hui, je suis fier de ce que je fais. Je donne mes poèmes aux gens et ils les apprécient. Je ne les vends pas, mais certains me donnent de l’argent, car ils les aiment. J’en donne environ 350 par semaine et comme la plupart sont lus par plus d’une personne, j’estime que 1000 personnes lisent mes poèmes dans une semaine», mentionne M. Pepin.

En avril dernier, il a lui-même édité un recueil, titré Hétéroclite. Les premières 150 copies se sont vendues en dix jours et il en a vendu 300 au total. L’auteur a beaucoup d’autres projets en tête, tels deux livres et un film, mais il n’a pas l’intention de quitter son «spot». «Je crois que les gens seraient tristes si je partais. Ça permet de relativiser leur vie et ils se sentent mieux quand ils passent à côté de moi ou me parlent, estime M. Pepin. Je me sens utile et bien ici. Je suis différent et je veux faire une différence.»

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Kléolia 08/10/2009 15:03


On n'sait jamais poulette...
Le Net est vaste  Et qui ne tente rien...


Handi@dy 08/10/2009 15:53


Peut-être! Guettons, attendons et espérons un poème! :0010:  


Kléolia 07/10/2009 21:24


BRAVO à toi Michel Pépin !
Tu as tout pour continuer alors continue à régaler les personnes qui te lisent et t'aiment...
GRAND BIEN A TOI FRERÔT 

NB : Pourquoi n'en délivres-tu pas à ce blog afin que nous puissions aussi en profiter 


Handi@dy 08/10/2009 13:54


Je ne sais pas s'il trouvera mon blog et ton com!  :0010: