Témoignage APF au collège Sophie Germain de Cronenbourg.

Publié le par Handi@dy

On était la même équipe qu'à Solignac. Zoom rétro: 4 décembre, témoignage APF à Solignac. (CES)
Le quartier de Cronenbourg est voisin du mien, tout près.
Nous partons donc du CRFC à midi, car la "doyenne" du groupe voulait partir avec moi!
On arrive avec une heure et demie d'avance. Le chauffeur du GIHP est embarrassé... Il sait qu'on va devoir attendre, ce que J'avais prévu d'ailleurs: repas emporté ainsi que zic et jeux!
Il appelle au CES et nous fait entrer dans le couloir de l'administration où notre entrée fiche un petit souk car personne n'est prêt. Je ronge mon frein car j'avais demandé qu'on nous laisse sur le trottoir comme prévu!
On nous installe en salle des profs où je déballe mon taboulé Picard et mon eau pétillante. Je mange et joue pour récupérer au moins un peu du CRFC! J'ai besoin de me relaxer en silence quand j'ai travaillé si dur!
Des profs passent et je salue...
A l'heure prévue, "on" me demande d'appeler MANUE pour qu'elle ne nous attende pas dehors! MANUE est déjà entrée, en fait! On nous installe dans la salle de réunion fraîchement repeinte, ça sent bon la peinture!
C'est la principale qui nous salue et l'infirmière qui nous reçoit. Très sympa, elle nous racontera qu'elle a un frère handicapé et a bossé dans un centre pour handicapés. Elle nous annonce qu'on aura un mélange de 5èmes pendant 3 séances d'une heure.
Première séance, comme d'hab... Présentations...
A la fin il y aura environ 5 questions et toutes pour moi (mon ex métier de prof sans doute qui met en confiance). Je suis gênée, MANUE propose de raccourcir nos récits, j'avais déjà résumé le mien, le ferai davantage. Les questions porteront sur la SEP, si elle se guérit, comment j'ai pris mon handicap si brutal, comment ont réagi mes proches, si je suis mariée...
Le prof de français qui accompagne la classe me questionne: ai-je une voiture et un crédit, prête-t-on aux handicapés? Je réponds que je n'ai pas de voiture mais un crédit immobilier arraché à mon crédit mutuel enseignant qui me l'a refusé trois fois avant d'accepter de me recevoir entre 4 yeux et... céder. Je sais que je dois mon crédit à mon culot, mon statut de prof fonctionnaire et au mot de mon médecin qui certifiait que rien à l'époque ne laissait croire que la maladie évoluerait. Aujourd'hui j'en suis contente car j'ai pu retravailler et la mpensualité est loin en-dessous des loyers actuels! Par contre, même si la loi handicap le stipule, on prête encore très peu aux handis, on demande un garant que tout le monde n'a pas. En ces temps de crise, on ne prête même plus aux valides, alors aux handis...
Second et troisième groupes, les élèves sont du genre qui bouge (me rappelle certains de mes pingouins) mais ils participeront mieux. On aura des questions sur nos loisirs, comment on s'habille (chacun répondra, je cite mon aide soignant qui m'aide à enfiler mon pantalon; quand je vais au CRFC et me prépare seule, j'ai trois pantalons larges que je peux enfiler seule!) MAURICE développera son activité de DJ organisateur de soirées, car cela lui permet de créer un pont entre les deux mondes, celui du handicap et celui des valides. J'ai bien aimé ce passage!

Un élève remuant pose une question clé: si on ne travaille pas, comment on vit? On répond en parlant de l'AAH, de ceux qui comme moi ont travaillé assez longtemps et touchent la majoration tierce personne...

On a encore des questions sur notre vie privée, enfant ou pas. Je réponds que les SEPiens sont encouragés à vivre normalement, à fonder une famille... Même si je n'ai pas fait ce choix (failli, pourtant!) car mon handicap était trop lourd et que je ne voulais pas que mon partenaire le porte... Et puis les enfants, j'en avais au boulot!
Les trois groupes me demandent ce que j'ai enseigné, le dernier où...
Le dernier me propose de remplacer leur prof de français, qui est dans la salle et sourit! Elle est encore assez jeune et je suis sûre qu'elle est appréciée!
On a une question bizarre, on demande à certains d'entre nous (pas moi) si on fait peur. La réponse est non. J'explique que nous sommes pareils à l'intérieur, que si nous étions esprits, libérés de nos corps, il n'y aurait de différence que de personnalité...
On nous questionne sur l'accessibilité: on répond que Strasbourg est en bonne voie mais peut et doit mieux faire, cinés, magasins etc... Et les transports accessibles pour tous! Je rappelle la date butoir de l'accessibilité selon la loi: 2015!!! Et réponds que nous avons besoin d'eux, adultes de demain, pour finir de tout adapter car nous avons besoin de technologie adaptée mais aussi d'aides humaines y compris de décideurs et d'artisans pour adapter notre environnement!
L'infirmière attire mon attention sur une petite jeune fille qui est membre du conseil des jeunes de notre ville! Je la félicite, parle des posters handicap du conseil des jeunes affichés au centre de rééduc! Elle est fière mais avoue que c'est l'équipe avant elle!
Au moment où la question des animaux familiers se pose, nous manquons de temps, la cloche sonne. Dommage! En même temps, je suis la seule à en avoir...

Avant de partir, discussion avec l'infirmière fascinée d'assister à l'attention religieuse des pingouins (nous on a l'habitude!) et super contente de nos interventions! Le regard des élèves s'ouvrait au fur et à mesure... Le sourire s'inscrivait sur les visages...

Puis réaparaissent des élèves avec des tracts de leur spectacle de théâtre, ils nous invitent! COOL! Ce fut très bien.

Au retour, le GIHP me ramène en dernier, ce n'était pas du tout prévu comme ça, j'étais censée rentrer seule, sans la "doyenne". D'où ,mon important retard, moi qui attendais mon aux de vie pour la payer! Bref, situation un peu compliquée...

Jeudi prochain nous retournons à Jean Monnet, début juin à Wasselonne aussi;  et vous aurez une photo perso, non du net!

rangee-de-galets.gif
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Fifounet 02/06/2009 14:47

Les questions des gamins sont effarantes ! Que font les parents ?

Handi@dy 02/06/2009 20:04


Aucune idée! lol Chercheurs... d'emploi!!! On aurait dû demander peut-être! :0010:


Bernie+du+Scribe 01/06/2009 17:58

J'adore ce genre de relation avec les enfants. L'an dernier nous avions fait parler les enfants des écoles primaires sur le mariage, l'amour. Hilarant leurs réponses et pourtant collant bien avec la réalité. Puis, après c'était au tour de la politique, alors là, les Ministres pouvaient pendre des idées à mettre en application immédiatement.Avec Handicap International, il faudrait, avant la fin de l'année scolaire, que nous allions faire un petit reportage sur le handicap et les enfants...Bernie

Handi@dy 01/06/2009 19:11


Je suis contente que tu ailles en écoles, tu fais du si bon taf! J'adore témoigner en milieu scolaire, j'y suis chez
moi et mes propres élèves me manquent moins du coup! :0010: