Troubles de l'érection chez le SEPien.

Publié le par Handi@dy

Autre tabou. Pourtant, il faut qu'on en parle en couple si on ne veut pas risquer de se séparer à cause de la sclérose en plaques.
Article lu sur lematin.ma:
"Dysfonction érectile
Exit le silence !

La femme est parfois derrière ce trouble, d'où l'importance de la communication au sein du couple
 Publié le : 16.12.2008 | 14h01
       
     
     
Indéniablement, cela relève de l'incongru dans notre société de parler de l'impuissance sexuelle chez l'homme. Pourtant, ce trouble est loin d'être inexistant.

  
On parle de dysfonction érectile (DE) quand un homme peine à avoir une vie sexuelle normale et épanouie. En effet, La dysfonction érectile est l'incapacité, fréquente ou régulière, d'obtenir ou de maintenir une érection suffisante du pénis pour entreprendre une relation sexuelle. Alors qu'il arrive occasionnellement à la plupart des hommes de ne pas réussir à avoir une érection, ou de la perdre de façon prématurée, un grand nombre éprouvent régulièrement ces difficultés. Il n'y a pas de statistiques précises sur le nombre d'hommes touchés, mais certains médecins estiment qu'environ la moitié des hommes entre 40 et 70 ans ont fréquemment de la difficulté à obtenir ou à maintenir une érection. Les dysfonctions érectiles sont beaucoup plus fréquentes chez les hommes âgés. Dans le langage courant, on parle communément d'impuissance pour désigner ce dysfonctionnement. Toutefois, ce dernier devient inquiétant quand il se reproduit souvent ou qu'il devient habituel. Dans ce cas là, il affecte grandement le bien-être de l'époux et influe sur l'éclosion de sa vie conjugale. Néanmoins, ce trouble sexuel ne peut survenir que lorsqu'un événement important vient déranger le processus de l'organisme qui permet d'avoir une érection.

Ce processus implique le cerveau qui contrôle la vue, l'ouïe, l'odorat, le toucher et la pensée, les nerfs qui transmettent les messages du cerveau vers l'organisme et les vaisseaux sanguins du pénis qui se dilatent afin de laisser passer le sang. De nombreux obstacles peuvent perturber ces étapes et entraîner une dysfonction sexuelle. Parmi les causes de cette maladie (souvent momentanée), l'on trouve la fatigue et une trop grande consommation d'alcool. Parmi les autres causes possibles de la DE, on peut noter également le diabète, la sclérose en plaques, l'insuffisance hépatique ou rénale ou la maladie de Parkinson. Des médicaments inappropriés font également partie de ces causes.

D'autres causes d'ordre physique viennent elles aussi troubler la vie intime de l'homme, telles les maladies des vaisseaux sanguins capables de bloquer la circulation sanguine dans le pénis. De même, les maladies des nerfs qui transmettent les messages de stimulation sexuelle à partir du cerveau vers les vaisseaux sanguins. D'a
utres maladies vont abaisser le taux de testostérone ou le taux des autres hormones mâles. Le remède de ce trouble aussi psychique que sexuel dépend de l'avis médical. Des médicaments sont prescrits pour traiter le problème physique responsable de l'impuissance sexuelle et peuvent s'avérer utiles. Il existe aussi des injections d'hormones qui servent à augmenter les taux de testostérone abaissés par un hypogonadisme. Cependant, ces dernières peuvent ne pas remédier à ladite dysfonction, bien au contraire, si leur dose n'est pas bien gérée. De même, il existe une chirurgie capable de dilater les vaisseaux sanguins qui alimentent le pénis, mais ce type de traitement n'est pas très utilisé. Des résultats sûrs n'ont pas encore été confirmés.

Les anneaux de constriction ou les appareils à succion utilisés chez l'homme pour obtenir et maintenir une érection peuvent être très utiles. Ces appareils sont surtout utilisés dans les cas où la DE est attribuable à une cause physique. Il existe de nombreux types d'appareils. L'un d'eux est un appareil à succion qui permet d'amener du sang dans le pénis et de le retenir grâce à un anneau installé à la base du pénis. Parfois, cet appareil est difficile à utiliser, inconfortable et bloque la spontanéité. Mais si vous en prenez l'habitude, il peut être très efficace et ne semble pas avoir d'effets secondaires graves. Il existe également des appareils qui sont implantés dans le pénis par une intervention chirurgicale. Ces implants se sont améliorés avec les années. Certains de ces appareils maintiennent continuellement une érection partielle. D'autres sont gonflables au besoin.

Finalement, la communication au sein du couple est de loin la meilleure des solutions. Celle-ci doit être menée par la conjointe car elle aidera le patient à surmonter ses peurs. De plus, quand la dysfonction est d'ordre physique, la stratégie de faire comprendre à l'homme qu'il n'est pas responsable de sa maladie peut fortement mener à la guérison. Somme toute, une visite chez le médecin permettra de mettre les points sur les «i». Le médecin cherchera d'abord à identifier la cause des symptômes, fera un examen physique et demandera certains tests sanguins et urinaires. Il pourra exiger d'autres tests. Et puis, le traitement de la DE varie selon la cause identifiée.
--------------------------------------------------------------------
Au-delà des causes connues
Certainement, la plupart des hommes connaissent à l'occasion un épisode ou de brèves périodes de DE. A titre d'exemple, au Canada, environ 34 % des hommes vivent régulièrement une DE. Elle est courante chez les hommes de plus de 65 ans, mais elle peut également survenir chez les hommes d'âge moyen et même chez les plus jeunes. La DE ne fait pas seulement partie du vieillissement; il arrive souvent qu'on identifie une cause traitable. La plupart des hommes sont réticents à parler de leur trouble sexuel, d'où les difficultés… Pareillement, bon nombre d'entre eux peuvent obtenir de l'aide. Par ailleurs, un constat scientifique prouve que la femme est parfois responsable de la dysfonction érectile de son conjoint. Effectivement, certains hommes ont souvent une érection, par exemple, en se réveillant le matin, mais sont incapables d'en obtenir une lors des rapports sexuels avec leur partenaire. Tel est l'indice d'un trouble psychologique lié à cette relation en particulier."

      
***MON GRAIN DE SEL: Je n'ai jamais vécu avec un SEPIen, ni avec aucun homme ayant des DE, mais j'ai eu l'occasion d'en parler avec un ami SEPien proche qui se confiait à moi. Je lui ai fait cette réponse: "tu aimes ta femme? Lui: oui! Moi: tes mains, elles vont bien, là? lui: oui, pas insensibles ni paralysées. Moi: bon, tu as des mains opérationnelles et une bouche avec une langue, tu veux que je te fasse un dessin? Sachant que la plupart des femmes son clitoridiennes, tu t'achètes un gode, et le tour est joué!"
Evidemment, il faut en parler, ne pas être trop prude, innover, compenser grâce aux inventions actuelles, joujoux sexuels divers. Il a fait une drôle de tête mon pote SEPien, mais du coup, on avait brisé un énorme tabou au groupe SEP (c'est toujours moi qui viens foutre la m.... avec mes sujets délicats, pour aider!) On a reparlé des joujoux sexuels, on a bien ri et ça a aidé plus d'un(e)!
Je comprends ce que l'absence d'érection a de symboliquement terrible pour l'Homme, mais il faut surmonter le handicap car les "outils" existent.
LIRE AUSSI:

Sexualité chez la SEPienne.



Ajout du 24 JANVIER: lu sur linternaute:
"A quoi est due l'impuissance et peut-on la soigner ?
    Elle est redoutée par les hommes, surtout passée la cinquantaine. En médecine, l'impuissance est plutôt désignée sous le terme plus nuancé de dysfonction érectile. Attention, ce n'est pas parce qu'un homme a une "panne" de temps en temps qu'il souffre de troubles de l'érection, loin de là.
      Envoyer         Imprimer      

Elle est redoutée par les hommes, surtout passée la cinquantaine. En médecine, l'impuissance est plutôt désignée sous le terme plus nuancé de dysfonction érectile. Attention, ce n'est pas parce qu'un homme a une "panne" de temps en temps qu'il souffre de troubles de l'érection, loin de là. La panne est normale et quasiment inévitable au cours d'une vie. En revanche, si cela se répète régulièrement et que cela porte atteinte à la vie sexuelle de la personne concernée, il y a un problème.
impuissance
 
   
Les pannes deviennent généralement plus fréquentes après la cinquantaine ou la soixantaine.
 

Techniquement, l'impuissance se manifeste par l'incapacité de l'homme à obtenir ou à maintenir une érection suffisamment rigide pour permettre un rapport sexuel satisfaisant, en particulier la pénétration vaginale.

Cette pathologie peut avoir des origines diverses. La cause la plus fréquente, c'est la barrière psychologique : éducation trop stricte, peur de l'intimité, premières expériences ratées, dépression, conflit avec la partenaire...  D'autres fois, surtout en vieillissant, un problème physiologique provoque cette dysfonction. Là encore, plusieurs paramètres peuvent intervenir.

 Des maladies peuvent induire une diminution de la qualité de l'érection. Il peut s'agir d'hypertension, de diabète, d'athérosclérose, de sclérose en plaques...

 Certains médicaments sont également à l'origine de dysfonctions érectiles. C'est le cas de certains antidépresseurs, des antihypertenseurs ou des antiparkinsoniens, par exemple.

 Ce peut être les nerfs érecteurs, situés de chaque côté de la prostate, qui sont atteints. Cela arrive relativement souvent lorsqu'on a dû subir une ablation de cette glande pour cause de cancer.

 Une baisse du taux de testostérone, hormone masculine par excellence, peut elle aussi induire une dysfonction érectile. Mais elle est plutôt, généralement, synonyme de baisse de la libido.
Thérapies et médicaments

Aujourd'hui, de nombreuses solutions existent pour régler ce problème. Tout dépend bien sûr de la cause.

 Si elle est psychologique, une psychothérapie semble être indispensable sur le moyen terme. Elle pourra être accompagnée de la fameuse pilule bleue, qui produit une érection automatique environ 1 h après absorption. Elle permet de retrouver confiance en soi, même si l'érection serait théoriquement possible sans elle.

 S'il s'agit d'une déficience d'hormones, des injections intramusculaires d'androgènes peuvent être envisagées.

 Des cures d'alpha-bloquants permettent souvent de retrouver une bonne érection.

 L'injection intra-caverneuse consiste à introduire soi même, via des piqûres dans la verge, un liquide qui permet aux vaisseaux de se dilater. L'érection survient quelques minutes plus tard.

 Le Viagra est aujourd'hui le médicament le plus connu. Attention toutefois, il comporte de nombreux effets secondaires et contre-indications.

 Ultime recours : la prothèse. Elle peut être gonflable ou semi-rigide. Attention, il s'agit là d'une opération importante : elle détruit le corps caverneux et empêchera donc par la suite toute érection naturelle. Cette méthode n'est donc utilisée que quand aucune autre méthode n'a porté ses fruits.
Yamina Saïdj, L'Internaute"




     


Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

janet wiillams 02/10/2016 00:33

Finally my husband found a permanent cure to his erection problems after radical prostatectomy 4 years ago.
I and my husband used to have this very amazing sex life that anytime we have sex it makes me love him even more, but this amazing sex experience was soon ended when my husband did his prostate surgery and he was unable to achieve any erection. We tried all the urologist prescribed pump, Viagra but none was able to give him even the weakest erection. I met an old friend who made it possible for me to contact ED LIFE PANACEA and there i got a medicine which he used and today sex experience with him is what i always look forward to. He lasts even longer than he did before the prostate surgery and he is okay with no side effects. If you are struggling with any erection related issues just contact them on www.edlifepanacea.com or info@edlifepanacea.com. Thanks admin for allowing me share this joy.

mackle 26/06/2016 14:28

J'ai pris un peu de temps aujourd'hui remercier le Dr Hillary qui a pu me guérir de mes presque 8 ans de problèmes d'érection faible causée par prostatectomie radicale. Il est devenu un problème majeur pour moi que affectait ma vie conjugale et je suis plus à l'aise donc je décide de chercher une solution et je raconté mon épreuve à un collègue à moi qui m'a donné son email et m'a dit comment son médicament a été capable de le guérir aussi. J'ai décidé de donner un essai et je l'ai contacté et lui expliquai tout mon mari et moi avons été confrontés au cours des dernières années. Il m'a dit comment obtenir son produit. Après avoir pris le médicament tel que prescrit le problème de la faible érection est devenue une chose du passé et j'effectuer maintenant super active dans le lit. Je veux également utiliser ce moyen de laisser également tous ceux qui ont des problèmes similaires savent que tout espoir ne soit pas perdu. Vous pouvez aussi communiquer avec lui aussi pour son produit et tout problème lié faible érection, dysfonction érectile, problèmes d'éjaculation précoce sur (hillaconn @ gmail. Com)

jacky 27/01/2009 17:04


salut handiady , je vois que le sujet est encor tabou car peut de com , les hommes on honte de parlaient de leurs pannes sexuel , moi je n'y vois pad de honte et j'avoue que cela peut m'arrivé a moi aussi surtout depuis que j'ai cette fichu SEP au début ce fut très difficile ( plus l'impression d'être un vrais homme ) mais bon j'en ait discutè avec mon épouse et depuis ce jour je ne dit pas que ca n'arrive plus mais bon sa n'arrive que plus rarement ( en plus j’en suis très content lol) .alors a tout les hommes qui lise ce com je leur dit qu'il ni a pas de honte mais sujet a discutions avec leurs partenaires et que la il verrons le changement .il ne faut surtout pas oublié les préliminaires car c'est très importent aussi et puis sa aide.
Ps a voir aussi les traitements voir, lyrica , le laroxyl et autres donc parlez en a votre médecin.biz , a très bientôt.

Handi@dy 27/01/2009 20:36


Merci beaucoup, JACKY, pour ton précieux témoignage de SEPien et
d'homme concerné! Tes conseils seront utiles aux lecteurs! Je suis contente que cela aille pour toi! BIZ!


Catgirl 08/01/2009 06:58

ton blog est bien réparé !!!je pense que le plaisir n'est pas qu'une question de pénétration. j'ai peu d'expériences, mais j'ai eu des expériences de plaisir intense sans pénétration, par certaines caresses délicates à des endroits bien précis qui me font "jouir" ... et sans qu'il ne s'agisse de mon clito,et puis, j'ai eu aussi des moments de plaisir et d'entière satisfaction en faisant jouir mon partenaire sous mes caresses.je crois qu'au dela de l'histoire de la pénétration il y a une grande confiance en l'autre qui fait que l'on s'autorise à se donner ... et c'est de cette complicité que nait le plaisir, la jouissance.La sexualité ne se résume pas à la pénétration.J'ai lu tous tes articles !!!! que j'avais en retard.Je te fais pleins pleins de gros gros bisous

Handi@dy 08/01/2009 19:18


yaouh chère CAT, tu as tout lu, merci! :0010: Comme tu le dis, la pénétration n'est qu'un aspect seulement et pas
forcément ce qui fait jouir. Comme toi, je trouvais du plaisir parfois juste en parlant ou côtoyant un homme, et les caresses et baisers bien placés amènent aussi à l'orgasme. La confiance et la
capacité de s'abandonner sont d'autres clés du plaisir! La complicité aussi! BIZ!