Le dernier guéri miraculeusement à Lourdes avait la SEP.

Publié le par Handi@dy

16/09/2008

L'actu, la soeur guérie de Parlkinson à l'origine de la béatification de JP2 me donne envie de ressortir cet article!

Je sais, je sais... Je ne fais pas ma grenouille de bénitier à cause de la visite récente du Benoît aux origines teutonnes... Nan nan! Ceux qui me connaissent et ont lu mes textes persos sur Lourdes, où j'ai été pour des raisons explicitées, sans être catho, en témoignent. En fait, plus j'avance dans la vie et la maladie, et moins je crois en la possibilité d'un Dieu d'amour. Je n'exclus pas un être suprême qui aurait diffusé ses créations, les éparpillant dans l'univers selon une logique un peu euh... discutable. Mais plus j'avance et plus je me dis que nous sommes seuls. Qu'il n'y a aucune logique, aucun but. A part celui que nous nous forgeons. Et pour la compagnie, il y a celle que nous construisons.
Ou pas. Je reste ouverte à l'imprévu, à la surprise...
Ma foi vacillante et en filigrane s'est fait la malle. Mais je me revendique rigoureusement "être dotée d'une grande spiritualité"! Comprenne qui pourra pffff!

Mais sur lavoixdunord, j'ai lu ceci hier, et je le partage avec vous, comme ça...
"

Patrick Theillier, le médecin des guéris

dimanche 14.09.2008, 04:53 - À LOURDES, OLIVIER BERGER

Patrick Theillier a été confronté à deux guérisons estampillées «miracles». PHOTO «LA VOIX »

Au centre des Sanctuaires de Lourdes, à l'étage au-dessus du musée des Miraculés, Patrick Theillier piaffe. Pardi, en cet après-midi pluvieux et frisquet sur Lourdes, il a bien l'intention d'aller voir Benoît XVI qui doit emprunter le chemin du jubilé.

 

Patrick Theillier, 64 ans et Valenciennois de naissance, est un étrange médecin. À la tête du bureau médical, il n'ausculte que des gens guéris.

Depuis dix ans, Patrick Theillier reçoit chaque semaine des anciens malades arguant d'une guérison aussi subite qu'inexpliquée lors de leur passage lourdais (une cinquantaine de déclarations par an qui entraînent une dizaine d'enquêtes).

«  Ça m'impressionne toujours. J'ai eu la semaine dernière une femme aveugle qui a recouvré la vue. D'un certain côté, c'est extravagant, mais je suis bien obligé de les prendre en considération. La médecine est devenue modeste. On ne sait pas tout de la guérison. »

Chemin de croix

Pour autant, la voie vers le statut de miraculé est un long chemin de croix. Depuis cent cinquante ans, sept mille cinq cents déclarations de guérison foudroyante ont été enregistrées au bureau médical. Seulement soixante-sept cas ont été reconnus comme miraculeux par l'Église. Auscultations, vérifications des dossiers médicaux, consultations de spécialistes de la maladie en question et, tous les ans, un comité médical de vingt-cinq experts analyse les dossiers les plus cohérents et passe au vote.

Si le dossier est admis, il est transmis à l'évêché du guéri. C'est l'évêque qui décide s'il y a miracle ou non.

Patrick Theillier a été confronté à deux guérisons estampillées « miracles ». En 1999, Jean-Pierre Bély décroche le titre envié. Il souffre depuis quinze ans de sclérose en plaques, est invalide à cent pour cent lorsqu'il guérit le 8 octobre 1987. Il se lève soudainement de son fauteuil. «  Tout avait disparu.  » L'autre cas date de 1952 mais n'a été reconnu qu'en 2003. Une Italienne, en fin de vie avec une asystolie (arrêt du coeur), s'annonce guérie en sortant des piscines, alors qu'elle ne pouvait plus marcher et à peine respirer.

«  Le soir, elle participait à la procession et a survécu cinquante ans à sa maladie cardiaque.  » Né à Valenciennes (comme le directeur des sanctuaires, Francis Dehaine !), rien ne prédisposait Patrick Theillier à s'emparer de cet emploi mystérieux.

Maladies psycho-spirituelles

Après avoir étudié à la faculté de médecine puis tenu un cabinet à Lille, il rejoint Pau, en raison des origines béarnaises de son épouse. Il ne reste plus qu'une trentaine de kilomètres à faire et surtout, le Nordiste est intrigué par ce phénomène qui le poussera à écrire deux livres (dont Lourdes, des miracles pour notre guérison) : «  Pour moi, beaucoup de maladies sont psycho-spirituelles. À Lourdes, le mécanisme de la guérison est humain mais l'origine est surnaturelle. Nous ne sommes pas seulement un corps et un cerveau, nous avons aussi un esprit, une dimension spirituelle cachée en chacun de nous. » Le médecin et le croyant ne vivent pas en opposition : «  Je les distingue sans les séparer. La science est là pour expliquer les choses la religion s'attache au pourquoi et à la finalité. » Mais voilà que sonne l'heure de la retraite pour Patrick Theillier, 65 ans fin janvier.

«  Je n'ai pas vu le temps passer. Ce n'est pas un métier que l'on oublie quand on ferme le soir. »"

***MON GRAIN DE SEL: ce qui me plaît, c'est cette dimension supplémentaire de notre être, réelle ou supposée: celle de l'esprit/âme.

Le fait qu'on déclare la médecine non savante de tout. On laisse la porte ouverte. On accepte l'imprévu. Le non expliqué, non explicable.

Après mon périple pélé à Lourdes il y a quelques années, j'ai lu le témoignage écrit du miraculé SEPien, Jean-Pierre Bély. Emouvant, touchant, simple aussi.  Croyant et sceptique, gêné, à la fois. Il a hésité avant de se bouger quand la voix lui a sussuré, la nuit: "Lève-toi et marche." Il a fallu qu'elle devienne insistante pour qu'il se secoue. Ca m'a fait rire. Pour la première fois depuis longtemps, il était au chaud et douillet, pas de douleur, pas de spasticité, il ne souhaitait que ROUPILLER! Et cette voix qui le pousse à se lever, lui qui érait arrivé grabataire à Lourdes!

Pas convertie pour autant, j'ai été à l'écoute. Je prends note. Je partage la joie.  Et je partage l'histoire. Religieuse ou pas. Avec ceux d'entre vous qui croient. Avec ceux qui doutent et ont besoin d'espoir. Avec ceux qui sont presque iconoclastes comme moi et espèrent un mieux pour tous... Un jour. Je vous embrasse. Prenez soin de vous. A la foire européenne, hier, j'ai croisé M-R K, amie pélerine SEPienne, connue à Lourdes lors de mon séjour. BIZ.

 


Commenter cet article

kléolia 18/09/2008 12:46

Franchement je sui ABSOLUMENT OK avec ça !Si Kévin n'est pas mort avec TOUT ce qu'il a subi, c que ce n'était pas son heure.............. 

Handi@dy 19/09/2008 14:41


Il y a, comme ce qui est arrivé à Kevin, des mystères. Qui m'intéressent au plus haut point. Je ne recherche plus au niveau des religions, mais au niveau de l'esprit humain. D'une force mentale.
De nombreux SEPiens, comme toi, peuvent en témoigner! Plein de BIZ, chère KLEO!


christine 16/09/2008 21:34

Qu'importent les mots que l'on met dessus, il y a toujours (à mon avis) une part d'irrationnel dans notre vie et c'est très bien. Je crois que c'est un débat qui avait été un peu entamé chez Isa et Staral - Isa se disant farouchement sceptique, si je ne me trompe pas... et moi lui disant que j'aimais bien l'idée de la Fée Clochette, des lutins qui piquent les lunettes, et du Père Noël...Pour le reste, et là je suis plus sérieuse, il est évident que la psyché n'est jamais très loin du somatique. Celà ne signifie pas, que n'importe quelle imposition des mains ou n'importe quelle formule "magique" peut guérir une maladie grave (... ou pas : je n'ai jamais vu un bouton d'acné disparaître par la force de la prière, foi d'ex-ado catholique mais boutonneuse  !!!).

Handi@dy 16/09/2008 22:19


Mince m'ame CHRISTINE, t'avais des boutons? Ca alors, quelle guigne! ;)
Assez e'accord. La part de mystère et d'irrationnel me plaît, elle nous rend humains et donc moins contrôlables. Le jour où l'on comprendra tout (pas prêt d'arriver), on sera à la merci
des dictateurs les plus friqués et la terre finira mal! Déjà comme ça... Et en plus, on se fera iech, comme diraient mes anciens élèves!
Je me nourris de ce que nous ignorons ou maîtrisons mal, ça fait s'épanouir mon imagination, depuis mon enfance, mais aussi mon acceptation des épreuves, des pépins de la vie. Ca m'a permis
d'écrire des rédacs, nouvelles, disserts de qualité. Ca a nourri mon esprit quand le corps n'a plus suivi. Ca a nourri mon MOI quand le boulot s'est fait la malle, ainsi que des gens considérés
comme amis. Ca me nourrit, avec ma sclérose en plaques et mon handicap. Pour résumer, je citerai
ma prof de lettres classiques de seconde: commentant ma dissert, elle a dit:
"Vous avez une vie intérieure spirituelle d'une richesse inouïe! Vous ne devez jamais vous ennuyer, ni être totalement seule. Vos interrogations et
hypothèses oubrent de nombreuses portes avec une foultitude de réponses possibles. Même si la voie semble impossible, vous y allez. Et vous réussissez à avancer!"
Je crois que je dois à cette qualité d'être encore en vie, malgré les abus de la petite enfance, un contexte familial malaisé (j'ai fait du tri!) par moments. Résilience, ouverture à la
différence, à l'étrange, ouverture d'esprit, tolérance... Acceptation de l'Autre.
J'ai fait des articles sur le sujet, dans le passé...
Je suis riche de ça. Je le cultive.
Et suis émerveillée et ravie de constater que cezrtains de mes lecteurs/amis sont sur le même sentier! BIZ!


Sophie 16/09/2008 14:01

Un vaste débat que tu lances là ! on sait finalement si peu de choses de l'être humain et la médecine a eu durant trop longtemps tendance à nier ce qu'elle ne pouvait expliquer.La spiritualité est bien au delà de toutes les religions, elle n'a que faire des dogmes, elle se vit simplement dans l'ouverture. Et lorsque l'on croit en certaines choses, alors on peut les voir. Des miracles, il y en a de toutes sortes, les "barreurs de feu" qui guérissent les brûlures même à distance et auxquels ont fait appel même dans les hôpitaux, des magnétiseurs etc ... Tant et tant de phénomènes inexpliqués (mais hélas aussi et c'est le gros point noir pour moi : des centaines de charlatans aussi).La conception de l'humain change, beaucoup de médecins n'hésitent plus maintenant à parler de la trilogie corps / âme / esprit. On parle de guérison spirituelle qui amène ensuite la guérison du corps. C'est passionnent tout celà, euh par contre je vais peut-être m'arrêter là même si je sais que tu m'autorises à squatter ton blog !Une vague de bisous tout doux,

Handi@dy 16/09/2008 21:23


Ah que ouais! Ma spécialité dans la "vraie vie", ce genre de discussion! Comme tu le cites, je m'efforce d'être réceptive, ouverte, à l'affût de nouveautés, toujours curieuse et étonnée mais pas
surprise. Du coup, des charlatans et autres incongrus tentent de s'incruster et sont surpris quand je les envoie paître. Car j'ai MES limites, évidemment. Et mon vécu, ou celui d'amis que j'ai
dépêtrés de sectes ou équivalents... MES Limites sont souples, mais elles existent.
Je crois que nous sommes loin d'avoir fait le tour de notre corps, cerveau, mais aussi de cette troisième dimension, loin aussi d'avoir compris notre interaction possible avec l'animal, si riche et
doté d'une intuition que nous avons perdue. Pauvres aussi en matière de connaissance et interaction avec l'environnement, la nature, qui recèle des médicaments que nous détruisons avzc le climat...
On commence à peine à s'en rendre compte.
Squatte, squatte! Je vais reprendre prochainement des textes plus persos, en rapport direct ou iondirect avec la SEP, le handicap, ouvrir des débats... J'espère que tu en seras! Plein de BIZ!