Lourdes... et mon témoignage.

Publié le par Handi@dy

 

Les fidèles sont venus par milliers au pèlerinage qui s'achève demain. Cette année, Lourdes célèbre le 150 e  anniversaire des apparitions de la Vierge à Bernadette Soubirous. Crédits photo : AFP

Plus de six millions de fidèles ont visité le sanctuaire depuis le début de la saison et la fréquentation pour l'Assomptionest en hausse sensible par rapport à l'année dernière.

En ce 15 août à 9 heures, les rues de Lourdes qui conduisent aux sanctuaires sont déjà noires de monde. Maryline, 32 ans, descend la rue de la Grotte en poussant le fauteuil roulant dans lequel se trouve Yves Blaintard, 57 ans, un Lillois atteint de sclérose en plaques. Comme 30 000 autres pèlerins, ils rejoignent la Prairie pour prendre part à la messe internationale que célébrera dans une demi-heure Mgr André Vingt-Trois, archevêque de Paris et président de la conférence des évêques de France. Onze évêques et cinq cardinaux, venus de France ou de l'étranger, sont là pour concélébrer lors de cette eucharistie.

Cette jeune Parisienne, mère de 2 enfants, prend part depuis neuf ans au pèlerinage national qui a débuté mardi et s'achève aujourd'hui. «Hospitalière», elle fait partie de l'Hospitalité Notre-Dame, cette organisation de bénévoles dont la mission est de venir en aide aux malades. «Je suis là pour leur permettre de vivre un moment fort de leur foi, pour partager un temps de joie avec eux. C'est fou ce que nous recevons d'eux humainement», s'enthousiasme-t-elle.


« Parmi les meurtris de la vie »

Louis-Marie Allais, 25 ans, employé dans un cabinet d'architecture de Nantes, est hospitalier lui aussi. C'est la troisième fois qu'il participe à ce pèlerinage. «Cette année, je suis à l'Accueil Saint-Frai, cet établissement qui reçoit des malades qui ont besoin d'une grande assistance médicale». Tout comme Vincent, 24 ans, cet ami qui l'accompagne, «ce troisième séjour dans la cité mariale, parmi les meurtris de la vie, est aussi riche en émotion que les deux premiers. Bien que la ferveur soit toujours la même, chaque moment partagé avec l'autre est unique. Lourdes est un perpétuel miracle au niveau de l'entraide.»

Mireille Levasseur, 68 ans, une ancienne employée de bureau de Béthune, aujourd'hui à la retraite, vit elle son premier pèlerinage. Tout en allumant un cierge devant la Grotte, elle s'émerveille de cette solidarité : «C'est extraordinaire à voir. Tous ces gens malades, ces handicapés physiques ou mentaux qui trouvent place sans problème au milieu de ceux que l'on dit normaux. Pour moi, Dieu c'est ça ; c'est accepter l'autre comme il est. Le miracle de Lourdes, ce n'est pas que des guérisons, c'est aussi cette réunion, cette communion tous ensemble à l'heure où nos sociétés nous contraignent trop souvent à l'isolement, à la solitude et l'indifférence.»

Dans la Prairie, au pied de l'autel où se trouve le cardinal André Vingt-Trois, Thérèse Acouba ne passe pas inaperçue. Il faut dire que cette grand-mère ivoirienne arbore une robe boubou jaune et bleue sur laquelle figure la Vierge de Lourdes et où l'on peut lire : «Je suis l'Immaculée Conception.» «Je me la suis faite moi-même. Ça plaît beaucoup aux gens. J'espère que la Sainte Vierge la trouve belle, elle aussi», confie cette habitante d'Abidjan qui a spécialement fait le voyage pour fêter ici l'Assomption de la Vierge.

Vendredi, à midi, pas moins de 50 000 croyants venus de la France entière mais également de plusieurs autres pays se trouvaient dans l'enceinte des sanctuaires. Une fréquentation en hausse sensible par rapport à l'an dernier. Il est vrai que Lourdes fête cette année le 150e anniversaire des apparitions de la Vierge à la petite bergère Bernadette Soubirous. Si d'habitude la cité mariale accueille près de 5 millions de pèlerins et de touristes par an, elle en a déjà accueilli plus de 6 millions depuis le début de la saison. Depuis jeudi et jusqu'à demain, il est d'ailleurs quasi impossible de trouver une chambre d'hôtel libre dans la ville qui d'ordinaire compte près de 15 000 habitants.

Même si Benoît XVI se révèle «moins populaire que Jean-Paul II », comme le constate Bruno Pène, un vendeur d'articles de piété, qui regrette que les objets à son effigie se vendent nettement moins que ceux sur lesquels figure le second, la venue du Saint-Père, du 13 au 15 septembre, devrait contribuer à doper un peu plus encore cette affluence que des professionnels du tourisme qualifient déjà de «record».


***MON GRAIN DE SEL: mon séjour à Lourdes, contexte et effets:
Cette photo, retrouvée récemment, mon hospitalière et moi, à l'Eglise souterraine:

Lourdes: le miracle qui n'a pas eu lieu! Quoique...(partie 1)
Lourdes: le miracle qui n'a pas eu lieu! Quoique...(partie 2 suite)
Lourdes: le miracle qui n'a pas eu lieu! Quoique...(fin)

Commenter cet article

Annie.L. 23/01/2011 10:02



Tout d'abord merci de passer si souvent sur mon blog, c'est avec plaisir que je vois tes commentaires !


J'ai lu avec attention ton article, suis émue, ces pélerinages a Lourdes, j'en ai vécus, en tant que Guide de France (scoute) et quelques fois, j'ai poussé des fauteuils roulants...Emotions, et
ferveur ....


Bonne journée et courage ! ! Toute mon affection !



Handi@dy 23/01/2011 13:01



Merci Annie! Bon dimanche! :00110:



Shizuka 19/08/2008 06:55

Tes anciens articles sur Lourdes m'avaient beaucoup émue, c'est un endroit exceptionnel, un des endroits où j'aimerais retourner en France. Même le côté "vendeurs du temple" avec toutes les bondieuseries de plus ou moins bon goût, n'arrive pas à gâcher la grâce de ce lieu.Je ne sais pas si tu connais l'icône de Notre-Dame de Grâce de Cambrai, que Bernadette disait ressembler le plus à la Belle Dame de la grotte:http://cathedrale.cathocambrai.com/page-23876-cambrai-lourdes.html