Aprem avec CHRIS, hier... Nouvelles pas réjouissantes... du tout. Hommage à Hubert, collègue décédé.

Publié le par Handi@dy

article réédité!

Hier, je me suis réjouie en réussissant à prendre seule bus, premier tram, second tram, pour aller au centre ville, au centre commercial des Halles, un lieu de rdv couru par CHRIS et moi. Accessible. On rencontre souvent d'autres personnes en fauteuil.
Je me faisais une joie de ces retrouvailles. Repas commun dans notre restau habituel désormais, shopping et papotages...
Les derniers potins du boulot, des nouvelles des collègues... Et une très mauvaise nouvelle:
le mois dernier, le directeur du cfa du bahut informe CHRIS du décès par suicide d'un collègue, Hubert A. .............................................
CHRIS a tenté de joindre les collègues pas encore partis en vacances...

Pas de détails sur le comment du suicide...
Pas forcément de réponses sur le pourquoi...

Des hypothèses... Hubert était un original, un personnage. Barbu, sorte d'ours châtain écolo mais néanmoins scientifique, toujours affublé du même t-shirt, lavé, relavé à l'infini, avec un motif de tête d'indien, comme un grand ado...
Hubert, ami proche de Jean-Claude K., suicidé par pendaison l'an dernier, début juin. Je venais de reprendre les cours. Coup dur.
En revenant au lycée, j'avais beaucoup parlé à Hubert, proche de Jean-Claude (il avait bâti le site de celui-ci ici, on y trouve aussi des photos de Jean-Claude:
clic), il était parti avec lui en Baie de Hudson pour photographier l'ours blanc. A gauche la photo de JClaude, à droite aussi, il filme les bateaux dans la baie de Hudson.
Je vous mets en copié-collé l'entrée de Hubert sur le livre d'or de Jean-Claude, l'an dernier, après son  suicide:

"Date : mer 30 mai 2007 17:00:48 CEST
Sujet : Un triste jour
  Je ne cesse de regarder ces images de ce site. Après avoir été avec toi sur les bords de la baie de Hudson, vécu avec toi ces premiers grands frissons à la rencontre de ces grands voyageurs du Grand Nord, je reste sans voie après ce qui vient de se passer. Une grand passion est née pour toi lorsque les premiers mètres de péliculle ont défilé dans ta caméra. Passion qui t'a entraîné plusieurs fois sur les bords de cette célèbre baie de Hudson, aux confins du Spitzberg et jusqu'à la banquise de ce Grand Nord. Passion qui t'a entraîné sur les traces d'un célèbre voyageur dans le Grand Sud. Et tu nous a rapporté des immages innoubliables. Immages qui resterons pour toujours gravés dans notre mémoire. Mais au-délà de ces images, ce qui restera pour moi, c'est ton amitié, ta joie de vivre qui t'a si soudainement abandonée, et ton rire entraînant qui résonne encore dans ma mémoire. Je t'adresse aujourd'hui se triste message d'adieu. J'adresse tout particulièrement mes condoléances à ton épouse, Joëlle, à tes enfants et à toute ta famille. Puisses-tu comme le disent les indiens d'Amérique du Nord, "voyager à présent sur les Terres Eternelles du Grand Manitou, à la poursuite de ces grands mamifères pour lesquelles tu as eu une grande passion". Avec ta disparition, c'est tout le monde des grands passionnés de la nature qui sont en deuil. Adieu Jean-Claude"


On avait cherché à comprendre...
Hubert était marié depuis peu. Il était réservé voire timide, passionné par la photo, la nature, des collections diverses, la technique...
On était un mini groupe de profs dont CHRIS et moi, à ,se retrouver avec lui au micro-ondes le midi, à partager repas, actu, récits et rires...
Lors de mon départ en CLM, Hubert avait discuté avec moi et s'était montré très choqué qu'il n'y ait pas plus de résistance et de soutien pour s'opposer au provio.
Officiellement, pas de problème au boulot... Qu'on sache...
Des problèmes de couple? Possible. Hubert était un homme simple, cash, droit, à prendre sans vouloir le changer. Son mariage récent était-il judicieux? Avait-il su trouver une femme compréhensive? Ou pas?
Le site de ses collections, créé avec son épouse n'étant plus en ligne, je suppute une rupture:
CLIC.
Et personne n'était présent, à l'écoute... Moi à l'hosto pendant des mois...
CHRIS, aussi perplexe que moi, a souligné que dans l'avis de décès, on précisait qu'il venait d'avoir 50 ans...
Crise de la cinquantaine?

Tristesse suite au suicide de son ami? Il était abattu la dernière fois qu'on avait causé... Il n'allait plus manger en salle des profs.

J'ai un peu culpabilisé: si j'avais été là, le bousculant, le stimulant, le branchant sur ses sujets de prédilection qui me passionnaient moi aussi...
SI... Aurait-il trouvé la force de s'accrocher? Présomptueux de ma part? Pas tant que ça... Désespérée plus d'une fois, il a parfois suffi d'un regard, d'un coup de fil, pour m'empêcher d'envisager le pire...

Alors hier, pas moyen de bloguer...

Hubert enseignait en génie mécanique. Sur internet, il y avait des liens le concernant:

Polar Bear

 

Hubert Antz : Manuel De Technologie Mécanique Bep, Cap, Bac Pro ...

Hubert ANTZ

 

Amazon.fr: Hubert Antz: Livres

Hubert ANTZHubert ANTZ, ancien élève inscrit sur Copains d'avant.


Il reste si peu de nous quand nous mourons...
 Si peu, de personnes exceptionnelles mais timides, humbles...

La photo de Hubert, prise sur son site:


Son site, lui aussi, est toujours là: CLIC http://www.hubert-antz.net/
avec sa devise:

Qu'est ce que la vie ?

C'est l'éclat d'une luciole dans la nuit,

C'est le soufle d'un bison en hiver,

C'est la petite ombre qui court dans l'herbe,et se perd au coucher du soleil.

Crowfoot
Chef Blakfeet
(1821 - 1890)

Cher Hubert passionné des Indiens d'Amérique...

Son site sur la construction mécanique, avec la photo du bahut... CLIC!

Oui, il reste si peu de nous... Si peu de personnes parfois exceptionnelles.

 

*Autre nouvelle nase: l'adjointe du proviseur, après une lourde dépression, est en conflit avec lui, et a fait sa demande de mut. (elle m'avait fait, à la demande expresse du provio, un emploi du temps de merde... Empêchant ainsi mon retour, ma kiné, mes soins, me plongeant dans une dépression qui, couplée avec 3 suicides de personnes proches, par pendaison, m' a conduite droit à l'hosto pour 4 mois...)

Je lui avais dit, alors, ma déception. Qu'elle comprendrait vite quel genre d'homme est le provio. En larmes. Elle s'était "couchée" devant lui. Elle a, finalement, été une autre de ses victimes...

Si elle s'était mobilisée avec moi, avec nous, pour le dénoncer... Mais il est trop tard... Vaste gâchis... J'ignore si le provio a une part de responsabilité dans le désarroi de Hubert. J'ose espérer que non...

Je suis triste et lasse...

réédition du 9.8.2008.


Commenter cet article

Annie 11/08/2008 23:10

De tout coeur avec toi ! Les temps sont rudes pour nos âmes malmenées. Annie

Jeanne 11/08/2008 15:49

Tes questionnements sont aussi bouleversants que l'histoire de la vie des autres relatée. Chère Ady, je comprends tes interrogations, tes scrupules, tes remords, rares sont ceux qui ne sont pas passés par ces remises en cause dans sa vie. Je respecte la personne Hubert et sa décision que rien ni personne n'a modifiée. Je pose d'autres questions. Connais-tu le nombre de personnes sur lesquelles tu as un effet positif ?  Sais-tu combien sont admiratifs devant ta réactivité, ton dos large comme tu dis, ton ouverture sur le monde qui ose tourner sans trop se soucier de toi ? Ton amour de la vie est communicatif. Lorsque tu t'adresses à quelqu'un, lorsque tu croises son regard, tu ne sais jamais l'impact laissé sur l'autre, pas besoin de le vérifier, il suffit de le savoir. En écrivant j'espère que tu te soulages de bien des poids, en tout cas tu apprends énormément à tes lecteurs. Plein de bises

Petit Page 11/08/2008 07:21

P'tain de gros orage, pas moyen de sortir faire les courses pour le p'tit déj' de Poupette, ce matin... Bon, le Petit Page va trastéger avec les moyens du bord... Alors, nous disons donc des haricots tarbais, des couennes, des saucisses de Toulouse, du confit de coincoin, des oignons, de l'ail, du laurier, du sel, du poivre, et du café... OK, le Petit Page devrait pouvoir réveiller Poupette en beauté ce matin encore...Le Petit Page, petit toqué qui part jouer de la batterie en cuisine...

Vanessa 10/08/2008 12:39

Je compatis à ta peine, Handy, et d'autre part je suis d'accord avec ce qu'écrit Cat. Quand quelqu'un se suicide, on ne peut pas lancer d'accusations contre son entourage, ni contre soi-même; les explications sont rarement aussi simples. Ca reste un "choix" personnel, ou une impulsion qui trouve ses racines dans une histoire familiale très ancienne, même si certaines circonstances de vie peuvent ajouter à la dépression. C'est aussi un geste très violent envers les proches, même si ce n'est pas fait consciemment contre eux. Les motivations sont complexes, et c'est peut-être ça le plus difficile: on reste avec un mystère.Bisous et bon courage 

cat 10/08/2008 09:29

tu ne devrais pas supputer de telles choses à propos de ton ami Hubert et de son suicide. Il n'y a pas de réponses, et tes questions, si son entourage te lit peuvent succiter de fausses interrogations, de fausses rumeurs, et beaucoup de douleurs. Je suis désolée de te dire cela, HAndy@dy, mais le suicide est une chose de très personnelle qui souvent n'a pas avoir avec l'entourage, mais bien plus avec soi même. Je ne dis pas toujours, mais souvent ...Hubert a choisi de partir, l'important étant que cela soit son choix. Ne culpabilise pas, cela ne le fera pas revenir. Son geste est juste une invitation à y voir plus ou mieux pour l'avenir concernant les autres. Mais le suicide est souvent brutal, et l'entourage ne voit pas venir. Je te conseile de lire "Zéro tués" de regis de sa moreira, qui parle du suicide, justement.parfois, certaines personnes font le choix de partir au moment où leur vie semble être enfin biente poser des questions ne sert à rien, il ne te donnera pas les réponses, il n'est plus.je t'embrasse bien fort, et comprends ton chagrin de perdre un collègue pour qui tu as de l'affectionbisous ma belle