RECUP D'ESCARRES-MA CURE DE REEDUC FONCTIONNELLE 3

Publié le par Handi@dy

CHAMBRE AVEC VUE RAIL.

Aujourd'hui, je vous raconte ma chambre de cure de convalescence médicale/rééduc, high tech. Demain je reviendrai sur le début de mon hospi et mes frasques. (évanouir les stagiaires inf et les étudiants en médecine avec mes escarres héhé)Promis.

L'intérêt d'être en montagne au milieu des sapins, c'est la vue. Bon pour le moral, ça, la vue. Sauf par temps de brume... Perso, j'ai une chambre avec vue... sur un bout de ciel et le bâtiment d'en face! Gris et bordeaux le mur. Pas l'ombre d'un mont brumeux, pas la moindre aiguille de sapin à l'horizon. Les jours de brume, ça plombe bien le moral. Heureusement, on bénéficie d'un micro-climat avéré et de beau temps quasi permanent, de températures parfois encore douces.
Par contre, je bénéficie d'une chambre high tech, tadaaaa! (dans une des 2 nouvelles ailes du bâtiment du centre qui est actuellement en travaux, plein d'ouvriers mignons qui galopent partout, perceuse à la main, perchés sur des échelles, ahhhhhhhhhhhhhh!); la seconde, je la vois depuis ma fenêtre). 

Je m'explique: la domotique est passée par là et j'ai une télécommande qui me permet de commander l'ouverture, l'inclinaison et la fermeture des volets. Idem pour les lumières. Bien pensé... sauf que la table de nuit est du côté opposé et le câble trop court! Du coup, après arrachage dudit câble par mes soins, accidentellement, (et pétage de plomb des aides soignantes, damned) puis du boîtier (!) que j'avais essayé de coincer dans mon tiroir, j'ai proclamé que le fauteuil à ma gauche serait ma seconde table de nuit pour l'y poser. Pratique ce fauteuil que je ne propose pas à mes visiteurs: j'y ai déjà remisé le portable, le téléphone et mes magazines. 
Un hic: la sonnette pour appeler est sur... la télécommande volet/loupiotes. Très mal pensé. Parce que lourde et encombrante. Je préférais la sonnette sur le perroquet, à l'ancienne. Tout fout l'camp, ma p'tite dame!
Ma chambre est spacieuse, avec une fenêtre immense (les jours de brume, je vois pleiiiiiiiiiiiiiin de brume), et j'en profiterais, de cet espace, si mon fauteuil roulant pour horizontaliser mes pieds n'était pas aussi encombrant. Parce que là, c'est non. Je n'accède au fauteuil "remise" que depuis le lit. Pas du tout à ma table qui sert de débarras (magazines offerts par Reuteuleu et sa frangine, adorables, bouteilles d'eau, médocs et pansements divers. Ca stresse, le matos médical qui envahit mon espace perso et me grignote ma place, mais faut dire que j'ai besoin de tellement de matos pour mes pansements.) 
La poubelle est hors d'atteinte. Du coup, je suis mûre pour une équipe de basket handi. Je mets des paniers depuis le lit. Je réussis 8 fois sur 10.
Les produits des inf envahissent aussi ma tablette! Pommades, Daktarin ou equivalent, huile de massage, scotch en coton, lingettes... etc... J'ai de gros besoins en tous genres! 
Tiens, parlons-en de la tablette et de la table de nuit. Couleurs sympas, mais peu de place, atrocement lourdes et peu maniables. J'ai mis 2 plombes pour régler la tablette pour l'ordi, mais j'ai fini par réussir à inclner la tablette comme un pupitre, en position ergonomique.
Tout est plein à craquer dans les compartiments de ma table de nuit, de façon à avoir le maximum d'objets à portée de main, pour ne pas avoir à sonner. sjbearonbed.gifLe lit médicalisé est plus large que la moyenne. Je suis sûre qu'il serait confortable si je n'étais pas obligée de gire (!) sur un matelas anti-escarres. Pas un Nimbus. On m'a changé le matelas hier, vu que je me suis cassé le dos dessus (lombalgie grrr). Ce qui est bon pour les escarres ruine le dos! Retour au matelas normal avec une chtite mousse en complément. Et... le silence... enfin! Après plus de 6 semaines de vrombissement du moteur du matelas à air! Matelas à air qui se gonfle et se dégonfle sans cesse au sein d'alvéoles, ça fait du mouvement et donc des changements constants d'appui. Ca coûte la peau des fesses les matelas spéciaux, c'est le cas de le dire. Quasiment impossible de bouger dessus, de se retourner. Abonnée à 8 Dafalgan par jour avec le matelas à air (bruit du moteur et vibrations me cassaient la tête!)
Que vous dire de plus... Voyons... Ma table et sa chaise, beau mobilier en bois clair et toile bleue. Me servent à rien. Ah si, le médecin s'assied sur la chaise parfois, quoique, la dernière fois il s'est assis sur le lit (vous pensez que c'est une manoeuvre d'approche? Dites oui, il a beaucoup de charme et un super regard!) et la psy que j'ai réclamée parce que hein, autrement je craquerais. Je n'ai toujours pas de médoc pour ma dépression... J'aimerais me manger un carreau de dégustation de chocolat noir/orange, excellent pour mon moral et pour avoir des selles bien moulées (!), mais le toub m'a suggéré de passer au régime 1400 calories/jour. Un des rares moments de plaisir, c'est (c'était) le dessert du midi, généralement sympa. A l'idée de manger un yaourt nature sans sucre, j'ai envie de boycotter tout le plateau, sauf les protéines pour les escarres. Trop dégueu. J'ai accepté le régime. Trop conne. Trop zélée. J'avais commencé par planquer ma tablette de choco noir 85 pour cent au fond de l'armoire, hors de mon atteinte, avant de l'offrir à ma kiné, connaisseuse comme moi. On raillait l'ergothérapeute qui mangeait du chocolat au lait que j'ai qualifié de "chocolat pour les chtits nenfants", au grand amusement de la kiné. L'ambiance en ergo et en kiné me sauve de refaire une dépression ici. Les autres patients aussi. Enfin, quand je les vois... Encore souvent alitée, je ne vois plus un chat après la piquouze du soir à 17h, sauf le serveur.
Parlons de l'équipe med tiens. Les inf, ça va nickel depuis le tout début. Hyper compétentes, amicales, elles se sont décarcassées pour ma connexion internet. Elles sont aux petits soins avec moi. Les AS font un boulot pas simple. Je suis très aidante. Pourtant, avec certaines, en raison de leur stress, manque de temps, on a mis du temps à s'apprivoiser. Je suis autonome et actrice de ma santé, et mes consignes (je suis celle qui connaît le mieux mon fonctionnement et mon handicap tout de même!) ont été parfois malvenues. J'ai compris que mes conseils et remarques, même exacts, gonflaient, vexaient. Elles ont eu l'humilité de comprendre comment il fallait me prendre. On fait un pas les unes vers les autres. Ca se passe de mieux en mieux et ça contribue à me donner la pêche, ce qui contribue forcément à ma guérison. Je me soulève, me retourne, nul besoin de se casser le dos avec moi. Mais une seule parole dure suffisait à me démolir pour la journée. Ce sont autant d'échos du harcèlement moral subi au boulot. Echos résiduels... en quelque sorte. Je dois avoir les mots "fragile, harcelable à souhait, défoulez-vous, tapez fort" écrit sur le front. Je ne suis toujours pas à l'abri. Or, pour me reconstruire, j'ai besoin de soins, de sérénité, d'une routine. Je sais qu'elles bossent dur et qu'elles sont débordées dès leur arrivée au service. Mais je suis cassée et moi aussi je bosse dur à remonter ma pente perso. Et je reglisse souvent quand elles me savonnent la pente avec des mots ou des regards durs... Mais le message passe. Plus de malentendus. On s'apprécie, on déconne. J'ai remarqué que souvent, ce n'est pas à prendre perso, mais juste un effet de stress qui s'évacue à travers moi. Alors je ne me/leur prends plus la tête. Je sais qu'une heure plus tard, celle qui m'a fait la tête et parlé avec dureté peut être charmante. 

En neuro de début de SEP, en 1998, je m'étais accrochée avec l'inf chef qui avait refusé d'entendre ma douleur. Je disais que la sonde était bouchée. Or, les urines coulaient dans la poche, un peu. Elle m'a envoyée paître. Or, j'avais raison: je faisais un globe (rétention d'urines dans la vessie et qui menaçaient de refluer vers les reins, je me tordais de douleur...). Elle s'est excusée. Aujourd'hui, elle est responsable de l'hosto du jour en cas de poussée, et on s'adore. C'est une super piqueuse, gros avantage pour une inpiquable comme moi. Gabi, elle me pique dans le noir, de dos, elle connaît mes bras par coeur! Comme quoi... Bon, je déconne, comme d'hab!
Je continue mon tour de chambre: petit téléviseur écran plat (normal, hein, pas LCD ni plasma, vous excitez pas!) fixé au mur. Les chaînes: à pleurer: TF1, Fr2, Fr3, TV5 Monde, La 5/ARTE, M6, ARD (la une allemande) et SF1 et SF2 (Schweizer Fernsehen, chaînes suisses allemandes, bof). Pas le moindre Canal+, même pas en clair. Ca craint. 2€ par jour pour se morfondre en technicolor. Damned, je suis vraiment dans le trou du cul du monde! (tirez-moi de là, au secours! Nan nan, c'est chouette, j'suis bien, mais bon, on peut améliorer. Reuteuleu ne captait même pas avec son portable avec l'altitude!)
Barre en bois au mur en face du lit. Me sert à aérer mes fringues. A suspendre ma petite lessive.
Mais le nec plus ultra, c'est mon rail!!! Un rail au plafond. Comme pour les trains suspendus. Tchou tchou! Un module y est accroché, mobile, télécommandé (tout ça bouffe du courant à mort, et voilà que je rajoute la conso du PC hem). Ce rail, petite merveille de technologie, c'est l'équipement handi du futur (hospi à domicile, enfin, on peut rêver): le bidule mobile se déplace sur -sous- le rail, se place au-dessus de moi, harnachée sous fesses et cuisses après habillage: c'est un soulève-malade! Une sorte de cintre permet de fixer les anses du harnais, me cueille (272 kilos maxi, j'ai pleiiiiiiiiiiiiiin de marge lol), j'en profite pour me balancer un chouïa, j'évite de cogner mes pieds en gigotant. Puis le cintre redescend et me dépose sur le fauteuil. Et hop, cassos en kiné. Le rail est très bien foutu: il continue, sur ma droite, dans ma salle de bains, spacieuse et moderne, adaptée...enfin presque. Sonnette pas super bien mal. WC fixés au mur, je n'y vais pas ouf, ça me stresserait avec mon poids, j'aime bien les socles moi. Mais bon. Le rail mène au fauteuil douche (pas adapté pour aller au-dessus du WC, c'est ballot), ou au WC. Y a un harnais spécial douche. Crochets dans la salle de bain hors d'atteinte. Etagère idem. Hem. Je suggèrerai des améliorations dans le questionnaire de sortie. Dommage. Pas abouti, pas testé par un handi.
Ah, il y a mon armoire aussi. Pas accessible, pas étudiée pour. Ca existe pourtant, avec étagères qui coulissent. Mais bon. J'ai déjà tellement de chance... avec ma télécommande à volet/loupiotes/sonnette! 

***Voili! Vous savez tout de ma chambre. Sauf les bêtises que j'y dis et fais. A venir...Le centre est en travaux jusqu'en 2008. Mon aile est finie. Les couloirs sont marron sombre. Nan mais quelle idée! Appelez Valérie Damidot pour refaire la d&co!
A part ça, c'est pas mal du tout. Mais ça a bouffé la si réputée vue sur la montagne. Que voulez-vous, on ne peut pas tout avoir... 

*Demain, petit aperçu du début de mon hospi et présentation du centre qui est adapté pour la rééducation fonctionnelle des sclérosés en plaques

A venir les jours prochains:

- la kiné et l'ergo, les autres soins proposés; avec un bonus "choses zarbis observées en kiné";
- mes autres potes SEPiens au centre; mon pote Michel du groupe SEP que j'ai retrouvé ici! ;
- mon super toub et mes inf/AS fétiches; nos vannes;
- le réseau alsaSEP, mon adhésion et ma rencontre avec un infirmier de neuro qui est sur place;
- ma trépidante vie sociale. Hem. Phrase récurrente au centre: "Purée, on se fait chier comme des rats morts ici!";
-
les mecs mignons et ma drague quotidienne (ben quoi...);
- mon régime et les délires/fantasmes de mes co-jeuneurs forcés (on réclame des frites et si on nous les donne pas, on menace de faire la grève de la faim. Evidemment tout le monde s'en fout et se tord de rire... Et nous on ne tiendrait pas 1 jour lol!), le personnel serveur adorable avec qui on rigole; c'est dans le réfectoire que la vie du centre se concentre;
- les loisirs et animations proposés, les anims géniaux, la "chorale" du vendredi, spéciale "chanson d'antan", article à ne pas rater!
- le pâtissier en face du centre: une légende!
- comment j'ai négocié internet...;
- les autres patients, potes, les délires.........
- la légende de Trois-Epis et les guérisons miraculeuses!
- mes coups de blues, comment je tiens le coup malgré tout, mon désespoir qui pointe son nez parfois... Profond. Flippant. Personnes sensibles s'abstenir!
Et d'autres trucs de ouf. Si je peux, des photos. Ca vaut le coup!

***Bonus: centre.jpg
le site des travaux du centre: CLIC!
rangee-de-galets.gif

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Vira 03/11/2007 09:33

Super Merci @dy :0010:

Handi@dy 03/11/2007 09:52

Tu vois,pas de souci à se faire! Je gère, je suis bien entourée. Je rebondis toujours... BIZ et à bientôt!

Vira 02/11/2007 07:45

Non rien de traumatisant mais j'aime pas te voir triste 1mn sur 2Et que je vois des gens se plaindre pour un bobo de M---- Moi je veux te tu sois gai 2mn sur 2 Promis. Pleins de bisous :0010:

Handi@dy 02/11/2007 19:29

Ouf! Meuh! Pas grave ma tristesse. Je la trimballe avec moi depuis ma naissance, et les évènements de ma vie ont renforcé une certaine mélancolie, voire un spleen permanent. Je suis une déprimée repentie... Je négocie ma vie au jour le jour. Et je trouve, chaque jour, des raisons de m'accrocher, et ça repart! J'ai appris à ne pas juger les gens qui se plaignent pour des bobos moindres. C'est leur ressenti qui est important. S'ils se plaignent, c'est qu'il y a souffrance, et c'est cette souffrance qu'il s'agit d'entendre même si le motif paraît futile. Evidemment, si certains se plaignent pour des raisons légères, et SCIEMMENT, c'est différent. Je ne pourrai jamais être gaie de façon continue et permanente, mais je m'estime déjà très chanceuse de pouvoir l'être la moitié du temps! Un optimisme acquis m'accompagne! BIZZZ!

Petit Page 02/11/2007 07:44

Coucou Ma P'tite Poupoule! Bien dormi??? Chez le P'tit Page, le soleil et la chatte du P'tit Page ( Prunelle ) se lèvent en s'étirant comme deux grosses feignasses! Le Petit Page croit qu'il va faire beaaaaaaaaaaaaauuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuu!Bisouillettes!Le Petit Page, qui en connaît un rayon...de soleil, e, météo!

Handi@dy 02/11/2007 19:18

Hello Petit Page! Bien dormi sur mon matelas normal, on m'a enfin remplacé le matelas anti-escarres qui me cassait le dos, les membres... Pfff! Du coup, je me suis levée presque dans douleurs! Le bonheur! Tu as eu raison: ici, plein soleil toute la journée, température douce! BIZ!

Vira 01/11/2007 20:42

Bonjour @dyTu sais que j'hésite toujours à voir ton blog et ce soir j'ai pris mon courage à deux mains et j'ai lu! Merci à toi pour tout. Un jour je reviendrai promis.:0010: @dyEt à demain pour le bonjour matinal!

Handi@dy 01/11/2007 21:44

LOL! Tu ne l'as pas pris à 4 pattes? Comment vont les toutous? Tu sais, y a rien de traumatisant sur le blog, enfin je crois... Y aura des bêtises prochainement...A demain peut-être si j'ai le temps de me connecter avant mon départ pour la kiné, mais sans certitude: on me refait les pansements. Suspense... Ouaf! BIZ!

Vanessa 01/11/2007 19:54

Il a l'air plutôt sympa cet hôpital - pour un hôpital, évidemment; ça sera encore mieux quand tu seras sortie. En attendant, tu peux écrire des poèmes romantiques sur la brume!
A mon avis il faut toujours avoir une réserve secrète de chocolat à l'hôpital, même si on respecte "en gros" les instructions de médecins. Les p'tits plaisirs, ça booste le moral, et le moral aide à guérir; CQFD.
Bon courage à toi!

Handi@dy 01/11/2007 21:34

On voit que dalle sur les photos. Faut que je me débrouille pour mettre des vues de la cour (mini parc) et de la cafète, de la vue panoramique sur la forêt de sapins du réfectoire etc. Je dirai à ma nièce de me ramener mon numérique. Mais bon, j'sais plus où j'ai rangé le cordon de raccordement au PC pour le téléchargement grrr. Pas pour moi le romantisme lol! Je vais plutôt écrire des intrigues policières, des histoires de meurtres commis dans un lieu de cure genre... Sur fond d'histoires de débauche, de luxure, de crime passionnel... Mdr! (je délire, c'est la faute à mon médoc vert. Et d'abord, pourquoi il est vert? C'est du moisi?)Tu rigoles, pas d'écart, que nenni, ma réserve est une satisfaction virtuelle, une bouée de  sauvetage visuelle et olfactive. Je sais que je peux/pourrais, à tout moment, si je le voulais. Ca suffit à me rassurer et à me procurer un plaisir indicible! Une sorte de placebo lol! Un peu beaucoup maso hein? Je vais en parler à la psy mardi. Elle écarquille de plus en plus les yeux. Merci! BIZ toi!