Je me répare: cellules souches endogènes. Après le scoop récent des cellules souches obtenues à partir des cellules de la peau, garder la tête froide devant les effets d'annonce.

Publié le par Handi@dy

Je cite un article plus ancien: tiré de ce fichier PDF, et qui expliquera l'intérêt de savoir produire des cellules souches pour nous autres SEPiens: CLIC!

Des scientifiques italiens testent l'utilisation de cellules souches adultes pour traiter la sclérose en plaques
[Date de validation de la qualité: 2003-04-17]

illustration of this article

Des chercheurs de l'hôpital San Raffaele de Milan ont eu recours à des injections de cellules souches de souris adultes pour soigner d'autres souris souffrant de la paralysie associée à une forme de sclérose en plaques (SEP).

Ils espèrent qu'un processus analogue pourra un jour être utilisé pour traiter la SEP chez l'homme. L'utilisation de cellules souches provenant d'adultes permettrait de contourner la controverse et le débat éthique soulevés par l'utilisation de cellules souches embryonnaires.

Un million de cellules ont été injectées dans la circulation sanguine de 15 souris paralysées. Au bout de 10 jours, ces souris sont devenues de plus en plus actives et quatre d'entre elles ont fini par retrouver une motricité complète et normale. Les 11 autres n'ont gardé comme séquelle qu'une paralysie mineure de la queue.

"C'est une guérison spectaculaire, a déclaré Angelo Vescovi, chercheur à l'institut de recherche sur les cellules souches de l'hôpital San Raffaele. Son équipe a découvert que les cellules avaient migré pour aller réparer les nerfs et les zones du cerveau endommagés. Ils pensent, en particulier, que les cellules souches sont capables de remplacer l'enrobage adipeux de myéline qui recouvre les cellules du cerveau, mises à nu par la maladie.

Plus d'un million de personnes dans le monde souffrent de sclérose en plaques, et à l'heure actuelle la maladie est incurable. Les symptômes incluent la fatigue, les tremblements et la paralysie.

De nombreux scientifiques considèrent la possibilité d'utiliser des cellules souches adultes dans le cadre de traitements de ce type comme une alternative aux cellules souches embryonnaires. Toutefois, si les cellules souches adultes ont la capacité de se transformer dans l'organisme en de nombreux types différents de cellule, le Dr. Vescovi ne souhaite pas pour autant l'arrêt de la recherche sur les cellules souches embryonnaires, car l'on estime que celles-ci sont plus polyvalentes et beaucoup plus faciles à collecter.

L'équipe a déjà commencé des expériences impliquant des primates présentant les symptômes de la SEP auxquels des cellules souches adultes humaines ont été administrées, et des recherches ultérieures analyseront l'efficacité des cellules souches embryonnaires chez les mêmes sujets.

Quant à pratiquer une thérapie analogue pour soigner la SEP chez l'homme, le Dr. Vescovi reste, toutefois, prudent. Il souligne que le succès des expériences sur les souris ne garantit pas que ce procédé serait efficace chez l'homme, et il ajoute qu'il "ne voudrait pas faire naître de vains espoirs".



***Mon grain de sel: L'annonce à la télé il y a quelques jours vous aura interpelés comme moi:



Perspectives intéressantes, fol espoir...

Mais je vous livre un article nettement plus nuancé que le topo non dégraissé et non décodé de la presse non spécialisée: ICI: CLIC. En voici le copié-collé: j'ai surligné en rose les propos plus nuancés. Ca calme. Alors est-ce à dire qu'il n'y a pas d'espoir? Si... Mais pas pour tout de suite, loin de là. Il ne faut pas jouer avec nos nerfs, avec notre espoir. Les nouveaux traitements dont on nous fait le produit sont porteurs d'espoir fou, puis la réalité temporise l'enthousiasme. Idem pour cette dernière découverte. Or, nos nerfs, c'est justement ce qui est fragile... Ne jouez pas avec notre espérance, messieurs les scientifiques et les journalistes.
Je comprends bien que ces annonces sont faites pour susciter de l'intérêt pour la recherche et des dons... Mais nous pendant ce temps, on crève à petit feu...

Chers SEPiens, rappelez à votre entourage que la recherche a besoin de leurs dons, que NOUS en avons besoin...

L'article:

"Deux groupes de scientifiques ont  réussi à transformer des cellules de peau humaine en cellules souches (lire l'encadré ci-dessous), ouvrant  un accès potentiellement illimité au remplacement de tissus ou d'organes endommagés, selon deux études publiées mardi. Cette découverte simultanée par une équipe japonaise et une équipe américaine "va complètement changer le champ" des recherches, estime James  Thomson, l'auteur de l'étude américaine publiée par le magazine Science.

Les cellules souches sont considérées comme une possible panacée face à certaines des maladies les plus mortelles ou handicapantes, car elles peuvent  évoluer en cellules de 220 types différents dans le corps humain. Mais l'accès aux cellules souches embryonnaires, c'est-à-dire provenant d'embryons humains, est limité en raison de considérations éthiques sur l'utilisation et le clonage d'embryons humains. De plus, les organes transplantés obtenus à partir de cellules souches embryonnaires peuvent être rejetés par le patient.

Cette nouvelle technique, une fois améliorée, pourrait permettre de créer des cellules souches ayant le code génétique du patient, éliminant ainsi les risques de rejet. En permettant aux scientifique d'avoir un accès plus facile aux cellules souches, elle devrait aussi permettre de faire avancer rapidement la recherche pour le traitement du cancer, des maladies d'Alzheimer et de Parkinson, du diabète, de l'arthrite, des lésions de la moelle épinière, des attaques, des brûlures et des maladies cardiaques.

Rétrovirus

Les deux équipes ont réussi à transformer les cellules de peau en cellules souches en insérant quatre gènes différents dans les cellules au moyen d'un rétrovirus. L'équipe japonaise, conduite par Shinya Yamanaka de l'université de Kyoto, a réussi à créer une lignée de cellules souches à partir de 5.000 cellules. Son étude paraîtra le 30 novembre dans le magazine Cell. "Cette efficacité peut paraître très faible, mais cela signifie qu'à partir  d'un seul échantillon de 10 centimètres,on peut obtenir de multiples lignées de cellules souches pluripotentes (induced pluripotent stem cells, iPS)", a-t-il  expliqué.

L'équipe américaine de James Thomson, de l'université du Wisconsin à Madison, pionnière dans l'obtention de cellules souches embryonnaires en 1998, est parvenue à reprogrammer une cellules sur 10.000, mais sans le recours à un gène connu pour être cancérigène. Les deux techniques présentent des risques de mutation, car les cellules conservent une copie du virus utilisé pour y insérer des gènes.

Thérapies encore lointaines

La prochaine étape-clé, selon l'article de Science, sera de trouver un moyen d'activer les gènes qui permettent aux cellules de peau de régresser en cellules souches sans utiliser de rétrovirus. "Il est presque inconcevable, au rythme où évolue la science, que nous ne trouvions pas un moyen d'y arriver", a déclaré au magazine Science Douglas  Melton, spécialiste de la recherche sur les cellules souches à l'université Harvard. "Si nous arrivons à surmonter les problèmes d'innocuité, nous pourrons  utiliser les cellules iPS humaines dans les thérapies de transplantation  cellulaire", espère Shinya Yamanaka.
Il juge cependant "prématuré de conclure que  les cellules iPS puissent remplacer les cellules souches embryonnaires". Et de rappeler que "nous sommes encore loin de la découverte de traitements ou de  thérapies à partir des cellules souches".

La découverte américano-nippone est suffisamment intéressante pour avoir incité le professeur Ian Wilmut à abandonner ses recherches sur le clonage. Le chercheur du Roslin Institute d'Edimbourg (Ecosse) est l'un des créateurs de la  brebis Dolly en 1996, premier clone de mammifère obtenu à partir d'une cellule d'animal  adulte. Il a décidé de suivre les pas de Shinya Yamanaka. La technique du Japonais est "plus facile à  accepter socialement" tout en étant "extrêmement passionnante et étonnante",  a expliqué samedi le professeur Wilmut au Daily Telegraph."
rangee-de-galets.gif 

Commenter cet article

Annie 01/04/2011 20:47



Apparemment  le débat pourrait être relancé. j'ai lu ça dans le quotidien local.



Handi@dy 01/04/2011 22:21



Je l'espère!



Annie 31/03/2011 17:35



Moi, j'ai espoir en ces cellules souches et en leurs réparations possibles.



Handi@dy 31/03/2011 20:54



Mais elles sont interdites en France, ou bien?



circé 27/11/2007 08:38

salut didy!J'ai sagement ton article, intéressant. Mais c vrai que leur effet d'annonce pfff, c'est NUL! Non mais franchement.J'avais pas entendue parler du dernier truc sur les cellules souches mais bon j'ai pas vu ma belle mère qui se fait un plaisir de me tenir informé pensant que ça me donne de l'espoir et me rrend joyeuse! Pfft, rien compris celle là!Mais bon c pas mal leur truc parce que franchement les cellules souches embryonnaires je prèfère être malade et qu'ils y touche pas, imaginer qu'aprés on pourrait faire des miliers de clones de moi, il y a de quoi devenir fou!!! Aprés c peut être égoïste mais je ne crois pas en la sagesse de l'être humain pour se réguler lui même.Toi qui regarde le morning, ils viennent de passer amy whinnehouse, il faut que je trouve la traduc de ses paroles, elle m'intrigue!!!!

Handi@dy 29/11/2007 19:22

Coucou Circé! Je te rassure, ce n'est pas pour te clôner, mais pour produire des neurones, de la myéline etc... qui nous répareront. A terme, on pourra même faire croître une nouvelle moëlle épinière si l'on en croit la presse, plus de paralysie, une révoluition pour notre sclérose en plaques! Mais c'est encore, et pour longtemps, je le crains, de la science-fiction. D'où l'importance de booster la recherche! BIZ